RMC

Présidentielle: près de 30 bureaux ont fermé après 20h à Paris

Des bulletins de vote préparés par des assesseurs, pour le premier tour de la présidentielle, le 4 avril 2022

Des bulletins de vote préparés par des assesseurs, pour le premier tour de la présidentielle, le 4 avril 2022 - Loic VENANCE - AFP

Près de trente bureaux de vote ont été forcés à fermer après l'heure légale de 20h dimanche, devant l'affluence. Une mesure "exceptionnelle" mais légale.

Une trentaine de bureaux de vote parisiens ont fermé après l'heure légale de 20h00 dimanche lors du 1er tour de l'élection présidentielle, a indiqué mardi la mairie de Paris, qui explique cette situation "exceptionnelle" mais légale par une "forte affluence en fin de journée" et un déficit d'assesseurs.

"La clôture des opérations de vote au-delà de 20h correspond à une situation exceptionnelle qui a concerné (...) moins de 30 bureaux répartis sur neuf arrondissements", a indiqué à l'AFP la mairie, qui comptait pour cette élection 899 bureaux de vote contre 896 en 2017.

Plusieurs vidéos montrant des bureaux de vote ouverts après 20h ont été relayées par des internautes s'en étonnant, tandis que d'autres allaient jusqu'à dénoncer des "fraudes" remettant en cause la régularité du scrutin.

"Le vote après 20h00", heure de fermeture des bureaux de vote dans les grandes villes françaises et donc de diffusion des premières estimations, "est autorisé si les électeurs se sont présentés dans le bureau de vote avant 20h", rappelle la mairie pour qui cela "arrive à chaque élection". Une exception rappelée dimanche soir par le ministère de l'Intérieur.

La mairie assure avoir anticipé un déficit

Dès la mi-journée, les longues files d'attente constatées devant de nombreux bureaux de la capitale, mais aussi à Rennes ou Lille, avaient suscité le mécontentement de certains électeurs, qui faisaient part d'abandons sur les réseaux sociaux. Deux journalistes de l'AFP ont ainsi mis entre une heure et demie et deux heures pour voter dans le XIXe arrondissement.

La mairie dit pourtant avoir "anticipé un déficit" d'assesseurs bénévoles, qui sont "prioritairement désignés par les candidats", en faisant appel à des citoyens volontaires afin d'assurer le minimum de deux assesseurs par bureau de vote.

La mairie, qui dit avoir affecté trois voire quatre agents par bureau, explique les files d'attente par les "nombreuses procurations", les cartes d'électeurs non distribuées et une "forte affluence en fin de journée" qui a pu "générer des effets de congestion".

"Cette impression a été confirmée par les taux de participations à 16h et à 20h" qui avaient "fortement progressé" par rapport à 2017, explique encore la Ville qui "renforcera encore le nombre d'agents dans les bureaux les plus importants" lors du second tour et rééxaminera "l'organisation du fléchage" dans les sites regroupant plusieurs bureaux.

Pour Danielle Simonnet, seule élue Insoumise du Conseil de Paris, les "troupes des forces traditionnelles" que sont le PS et LR "étaient tellement sonnées avant le scrutin" par leur défaite annoncée "qu'elles n'ont soit pas voulu s'engager, soit se sont désistées".

G.D. avec AFP