RMC

Propos de Caroline Cayeux: "Ce n’est pas une bataille entre elle et moi", assure Clément Beaune

Après les propos de la ministre Caroline Cayeux sur les homosexuels, son collègue Clément Beaune a assuré sur le plateau des "Grandes Gueules", ce mercredi sur RMC, qu'il ne cessera pas de dénoncer de telles sorties.

Tout est pardonné? Alors que la ministre des Collectivités territoriales Caroline Cayeux assurait avoir "beaucoup d’amis parmi ces gens-là" en évoquant les homosexuels, Clément Beaune, le ministre en charge des Transports, avait taclé des propos "extrêmement blessants".

Invité des "Grandes Gueules", ce mercredi sur RMC et RMC Story, le ministre a été interrogé sur ses relations présentes avec sa collègue. Et elles semblent un peu tendues. Après les excuses de Caroline Cayeux, il a, à demi-mot, assuré lui avoir pardonné:

"Ce n’est pas moi qui ai été victime parce que je suis gay. Ce n'est pas ça, le sujet. Je voulais dire à tous ceux qui ont été blessés, parce qu’attachés à l’égalité ou désignés par cette expression extrêmement regrettable, que je partageais la blessure", a expliqué Clément Beaune.

"Je ne me tairai jamais"

"Ce n’est pas une bataille entre elle et moi", a poursuivi le ministre, avant de justifier l'action du gouvernement pour l’égalité.

"Moi, je ne me tairai jamais dès qu’il y aura un problème à ce sujet, même au sein du gouvernement. Ensuite, ce qui m’intéresse, c’est le combat sur le fond et les droits. On a fait la PMA pour toutes, on a interdit les thérapies de conversion. C’est important et je ne veux pas qu’on gâche tout ça avec de tels propos", a ajouté Clément Beaune.

Invitée le 12 juillet dernier à réagir sur son opposition passée au mariage pour tous, la ministre chargée des Collectivités territoriales Caroline Cayeux avait assumé des propos tenus à l'époque, tout en évoquant "un faux procès" et en assurant avoir "beaucoup d'amis parmi ces gens-là", évoquant les personnes homosexuelles. Deux jours plus tard, elle avait présenté ses excuses évoquant "des propos stupides et maladroits".

G.D.