RMC

Réforme des retraites: un déjeuner à l'Elysée entre Emmanuel Macron et des journalistes politiques

Deux jours avant la première journée de mobilisation contre la réforme des retraites, le président de la République Emmanuel Macron a déjeuné dans le plus grand secret avec une dizaine d'éditorialistes politiques. À cette occasion, le chef de l'Etat en a profité pour distiller ses éléments de langage.

Une réunion entre des journalistes et Emmanuel Macron s'est tenue dans le plus grand secret à l'Elysée. Deux jours avant la première grande manifestation contre la réforme des retraites, le 17 janvier dernier, le président de la République a convié une dizaine d'éditorialistes politiques, révèle France 5. Au menu, le chef de l'Etat a distillé sa vision de la réforme en "off", l'Elysée interdisant aux éditorialistes présents de citer Emmanuel Macron.

Chose promise, chose due. Dans la foulée, la parole du président de la République a été subtilement reprise, plusieurs médias évoquant les propos du chef de l'Etat qui assure ne pas croire à "la victoire de l'irresponsabilité".

"Ce n’était pas un déjeuner secret"

Une chose est sûre, le déjeuner était "très bon", assure ce mercredi aux "Grandes Gueules", Guillaume Tabard, éditorialiste politique du Figaro et convié au déjeuner, qui évoque une rencontre classique entre politiques et journalistes. "Ces rendez-vous, ça peut être des déjeuners, des dîners, et ça se fait aussi bien avec Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, Eric Ciotti, Marine Le Pen... C'est normal d'interroger et de comprendre le travail des politiques", explique-t-il.

"Ce n’était pas un déjeuner secret. Ils ne sont pas inscrits à des agendas officiels, c’est tout", défend Guillaume Tabard.

"La presse française est d’une servilité avec le président de la République"

Pour l'Elysée, l'objectif de ce déjeuner était pourtant clair. "C’est qu’Emmanuel Macron distille la bonne parole, donne lui-même les éléments de langage aux dix journalistes les plus influents de la presse parisienne, afin que la parole présidentielle influe dans l’opinion et pourquoi pas l’influence", assure la journaliste Eve Roger sur France 5.

"La presse française est d’une servilité avec le président de la République", tacle sur RMC et RMC Story l'avocat Charles Consigny. "Je le vois de près, je participe moi aussi à des cocktails et des dîners et je vois cet entre-soi qui s’est créé. C’est singulièrement vrai dans la macronie avec un changement générationnel qui fait qu’ils ont le même âge. A part quelques-uns, comme Edwy Plenel ou Elise Lucet, qui remuent la plume dans la plaie", assure le candidat LR malheureux aux législatives.

G.D.