RMC

Retrait temporaire de Marion Maréchal-Le Pen: "elle avait le potentiel pour changer l'Histoire"

Quelques jours à peine après la nette défaite de sa tante au second tour de la présidentielle, Marion Maréchal-Le Pen se retire temporairement de la vie politique, fait-elle savoir dans une lettre rendue publique ce mercredi. Une décision qui consternent les électeurs frontistes de Nice.

La nouvelle a fait l'effet d'une bombe. Marion Maréchal-Le Pen va quitter la vie politique. Dans une lettre publiée ce mercredi dans Vaucluse Matin-Le Dauphiné libéré, la benjamine de l'Assemblée nationale annonce qu'elle "sort quelque temps" du monde politique, "aspirant à travailler" dans "le monde de l'entreprise" mais aussi à "consacrer plus de temps" à sa vie familiale. Une décision annoncée mardi aux instances frontistes et ces jours-ci à ses proches. Une nouvelle qui attristent les électeurs frontistes niçois interrogés par RMC.

La preuve, c'est avec la gorge serrée que Philippe, 60 ans, électeur FN depuis toujours, en parle. Il ne comprend pas la décision de la nièce de Marine Le Pen: "Je suis déçu. C'est une femme d'avenir avec des idées d'avenir. Elle avait le potentiel pour changer l'Histoire. J'ai misé sur l'avenir mais puisqu'elle a arrêté… Ça me fait mal au cœur". Bruno, électeur frontiste depuis 2009, lui aussi ne comprend pas ce départ.

"On perd quelqu'un de remarquable"

"Que Marion Maréchal-Le Pen, que je considère comme l'une des personnes les plus brillantes du FN, parte me déconcerte, explique-t-il. Je suis déçu et inquiet pour le parti. Tant qu'elle était là, ça me rassurait. Sa force de persuasion, de conviction, sa personnalité… on perd quelqu'un de remarquable. Un tel panache, une telle justesse d'analyse, à 27 ans, c'est quand même rare de voir ça." Et d'estimer: "Je pense que l'on aurait eu besoin d'elle pour les législatives car elle fédère au-delà du parti. Le FN n'a pas de personnalité comme ça, elle était la seule".

Marion Maréchal-Le Pen explique vouloir vivre une expérience dans le monde de l'entreprise. Pour autant, elle ne quitte pas définitivement la vie politique, d'après Gilbert Collard, député apparenté FN du Gard. "Elle n'abandonne pas le Front national, assure-t-il. Elle m'a clairement dit qu'elle viendrait aux meetings, qu'elle continuerait à nous soutenir. Elle y prendra même la parole. Mais elle veut avoir une autre vie. Qui pourrait le lui reprocher?" Selon nos informations, Marion Maréchal-Le Pen devrait faire campagne aux législatives en tant que suppléante, aux côtés du candidat frontiste de sa circonscription.

M.R avec Quentin Pommier