RMC

Retraites: la discrétion d'Emmanuel Macron en Espagne, pour la première journée de mobilisation

Le président de la République Emmanuel Macron suivra la première journée de mobilisation contre la réforme des retraites depuis... l'Espagne. Le chef de l'Etat est en effet en déplacement à Barcelone. Un hasard du calendrier ou une stratégie politique pour se faire discret alors que la mobilisation s'annonce conséquente?

La grande première journée de mobilisation contre la réforme des retraites, c’est pour ce jeudi. Les appels à grève s’annoncent très suivis en France que ce soit dans les transports, les écoles… Un “jeudi noir” qui met forcément le gouvernement sous pression avec notamment Élisabeth Borne, la Première ministre, qui sera en première ligne. Au contraire d’Emmanuel Macron.

En effet, le président se fait le plus discret possible. Une discrétion que son entourage trouve cohérente. La Première ministre est au front tandis que le président est en surplomb, c'est dans la logique des institutions, explique l'Élysée.

La crainte d'un blocage du pays

La preuve, en pleine journée de grève, le chef de l'Etat sera à Barcelone, en Espagne, pour un sommet franco-espagnol. Logique et politique aussi. "On ne le voit pas et c'est tant mieux", abonde un ministre. Surtout que le sujet est très inflammable. "C’est toujours violent une réforme des retraites", lâche un ténor de la majorité. "Il faut que le président se protège", ajoute-t-il.

Aux ministres, donc, de faire le service après-vente et de préférence "sans dire de conneries", lâche un macroniste... Un silence de façade. Mais en réalité, le président ne cesse de marteler ses messages et en premier lieu la nécessité de la réforme. Mercredi, en Conseil des ministres, il a mis en garde contre un "blocage" du pays.

"Il faut faire le distinguo entre les syndicats qui appellent à manifester dans un cadre traditionnel et républicain, et ceux qui sont dans une démarche délibérée de bloquer le pays, voire de cibler des parlementaires", a déclaré le chef de l'Etat devant son gouvernement réuni à l'Elysée, selon des propos rapportés par un participant.

La journée de grève, Emmanuel Macron la suivra, même de loin. Mais un conseiller prévient, hors de question de tirer dès ce jeudi soir une conclusion hâtive de la mobilisation.

Hélène Terzian avec Guillaume Descours