RMC

Retraites: la Nupes pousse pour soutenir la mobilisation contre la réforme

Les syndicats annoncent se mobiliser contre le projet de réforme des retraites le 19 janvier. Une contestation soutenue par la gauche, qui espère que la mobilisation sera forte.

Plusieurs responsables de gauche s'interrogent: avec des Français résignés (selon un sondage Elabe pour BFMTV, 3 personnes sur 4 pensent que la réforme sera adoptée malgré les manifestations), et avec un débat qui s'annonce très court à l'Assemblée, la contestation contre la réforme des retraites peut-elle s'installer dans le pays? "Le gouvernement veut tout plier en 50 jours", s'inquiète une députée LFI.

Alors, pour afficher l'unité et tenter de déplacer les foules, la Nupes tente le tout pour le tout, et d'abord sur la forme, avec des meetings communs qui se multiplient un peu partout en France ces prochains jours. Même Fabien Roussel, le patron des communistes, assez distant avec la Nupes depuis les législatives, appelle à l'unité de la gauche pour faire face au gouvernement.

Et puis sur le fond, certains parlementaires espèrent présenter un contre-projet commun de la Nupes à l'Assemblée et au Sénat, malgré un désaccord avec les socialistes. Une manière de proposer une alternative aux Français opposés à la réforme du gouvernement.

Tous sont d'accord sur un point, une gauche soudée est primordiale pour tenter de faire reculer le gouvernement. "Toute distorsion entre nous serait préjudiciable" prévient une parlementaire communiste. D'ailleurs, les insoumis comme le reste de la Nupes appellent en cœur à suivre la mobilisation des syndicats.

La manifestation LFI au second plan?

Quitte, pour certains insoumis, à mettre au second plan la manifestation du 21 janvier, annoncée par LFI depuis le mois dernier. "Le 19, c'est maintenant la date prioritaire. C'est un premier test qu'il faut absolument faire fonctionner" admet un poids lourd, conscient que le lien entre les syndicats et LFI s'est abîmé depuis plusieurs mois, et qu'une mobilisation réussie passe forcément par un front uni.

Une autre parlementaire insoumise se fait une raison, "on aura moins de monde le samedi". Les insoumis revendiquent malgré tout la complémentarité de ces manifestations. "Et puis la force de frappe militante, elle est chez nous. Le PS, les écolos et les socialistes ne vont pas pouvoir faire grand-chose pour que la manifestation soit un succès", tacle une députée LFI.

Mais l'appel de l'intersyndicale rassure les autres membres de la Nupes, pas forcément à l'aise avec la manifestation à l'appel de Jean-Luc Mélenchon. "Ça arrange tout le monde, le bon sens fait son chemin" sourit un cadre communiste, satisfait de voir les insoumis se ranger derrière les syndicats.

Romain Cluzel (édité par J.A.)