RMC

"RMC Off": la laborieuse campagne de Nicolas Dupont-Aignan

LE JOURNAL DU OFF - Retrouvez tous les jours dans RMC Bonjour toutes les infos du service politique pour connaître les coulisses de la présidentielle.

Le OFF du jour, c'est la laborieuse campagne de Nicolas Dupont-Aignan... Et son gros budget essence pour aller chercher les 500 signatures pour la présidentielle! 

>>A LIRE AUSSI - "Le couple Macron n'a pas d'amis": isolé, le couple présidentiel gouverne à l'instinct assurent Gérard Davet et Fabrice Lhomme

Nicolas Dupont Aignan passe sa vie dans sa voiture. "Parfois on fait une heure, deux heures de route pour avoir un seul parrainage, c'est ingrat" raconte le patron de "Debout la France", qui a décidé d'aller voir en personne chaque maire susceptible de le soutenir. Ce week-end dans les Pyrénées, aujourd'hui en Meurthe-et-Moselle, jeudi dans la Manche, selon ses équipes il aurait déjà 400 parrainages sous le coude. “On a mis le turbo mais c’est dur !” avoue Nicolas Dupont-Aignan, pour qui "les maires sont comme les Français, ils en ont ras le bol".

Un gros budget essence, mais des petits moyens, Nicolas Dupont-Aignan invente la campagne 2.0

Oubliés les grands meetings de campagne. “Ça coûte une fortune et ça ne sert pas à grand-chose” affirme NDA, qui veut s'inspirer de Mattéo Salvini, le leader de la Ligue en Italie, et ses 5 millions d'abonnés sur Facebook. “Quand je fais une vidéo, j’ai 2 000 personnes en direct !” se félicite le candidat de Debout La France, qui bien souvent se filme lui-même avec son téléphone façon selfie. Consigne a été passée à ses équipes: 30 à 40 publications par semaine, pour inonder les réseaux sociaux. Avec un objectif : capter les abstentionnistes et ceux qui ne regardent plus la télé ! 

Un discours qu'on entend déjà partout, est-ce que ce n'est pas la campagne de trop pour NDA ? 

C'est sa 3ème campagne présidentielle. "Parfois j'en ai marre" confie Nicolas Dupont-Aignan. Et, cette année, il y a embouteillage à la droite de la droite : Florian Philippot, François Asselineau, Marine Le Pen, bien sûr et probablement Éric Zemmour. Tous reprennent les mêmes thèmes de campagne : les libertés, la démocratie, le pouvoir d'achat. Malgré un risque d'éparpillement des voix, Nicolas Dupont-Aignan persiste: "il y a de la place pour une candidature Gaulliste pure !

Les autres infos à retenir, ce matin, et d'abord le débat en débat chez Les Républicains ! 

Réunion de famille, les 6 candidats au congrès partagent le petit-déjeuner à 8h au siège du parti à Paris. Au menu, entre les croissants et le café : les règles du jeu d'un ou plusieurs débats à la télé, avant le 1er tour prévu les 1er et 2 décembre. "Pas question de cacher nos divergences" assume un candidat "d'abord, ce petit-déj sera une première étape vers le rassemblement" tempère l'entourage d'un autre.

Sandrine Rousseau, objet de toutes les convoitises dans le camp Mélenchon

Le leader de la France Insoumise et l'ancienne candidate à la primaire écolo se sont parlés au téléphone récemment. "Elle est plus que la bienvenue" sourit un proche de Mélenchon, "en plus, elle ne devrait pas faire une campagne très active pour Jadot".

Et on finit avec l'improbable cadeau de Jean Castex au Pape François, lundi.Un maillot du Paris Saint Germain, floqué Messi, numéro 30. Dédicacée par la star Argentine, compatriote du Pape François. Un maillot encadré, pas sûr que le Pape François le porte devant sa télé pour PSG-Leipzig, coup d'envoi 21h, ce soir, en Ligue des Champions, à suivre bien sûr sur RMC.

C'était le "Journal du Off" à retrouver, aussi sur RMC.fr.

Le service politique de RMC