RMC

"RMC Off": qu'est-ce que la "maison commune" que va lancer la majorité ce lundi?

LE JOURNAL DU OFF - Retrouvez tous les jours dans RMC Bonjour toutes les infos du service politique pour connaître les coulisses de la présidentielle.

Pendaison de crémaillère pour la fameuse "Maison Commune" de la majorité présidentielle lundi, c'est le OFF du jour.

Tous les partis qui soutiennent Emmanuel Macron, La République En Marche, le MoDem, vont se regrouper dans un mouvement qui va s'appeler "Ensemble Citoyens !" avec un logo, une charte des valeurs. Maison construite autour de quatre architectes : Jean Castex, le Premier ministre, son prédécesseur Édouard Philippe, François Bayrou, le patron du MoDem et Richard Ferrand, le président de l'Assemblée Nationale. Inauguration lundi soir donc, 18h30 à la Mutualité, à Paris. Un lieu de pèlerinage pour les Macronistes. C'est là que le 12 juillet 2016, Emmanuel Macron faisait son tout premier meeting politique. Et pour la petite histoire, la pendaison de crémaillère devait se faire dimanche. Sauf que dimanche, c'est l'anniversaire d'Édouard Philippe !

Mais elle va servir à quoi cette "maison commune" ?

C'est un OVNI politique, puisque tout le monde va garder son indépendance. D'ailleurs, il ne sera pas possible d'adhérer directement à "Ensemble Citoyens". "Les Français s'en foutent de notre truc", grogne un cadre de la majorité. Mais l'idée c'est que tout soit prêt quand Emmanuel Macron décidera d'être candidat. En clair, que tous ses supporters soient rassemblés derrière la même banderole. "Tous les moutons sont dans la bergerie" vanne un fidèle du Président. L'autre objectif est plus lointain, anticiper les législatives, pas question d'avoir 3-4 voire 5 candidats Macronistes de partis différents dans chaque circonscription en juin 2022. Bref, se partager le gâteau pour éviter, dixit un conseiller de l'Elysée, les "50 nuances de Macronisme".

La campagne compliquée de Nicolas Dupont-Aignan, candidat non-vacciné

Pas de déjeuner au restaurant, pas de voyage en train... Un vrai casse-tête pour Nicolas Dupont-Aignan, qui va devoir se faire tester tous les jours. Lui qui est déjà connu comme le loup blanc dans la pharmacie toute proche de son QG à Paris. Le candidat a "complètement changé son mode de vie" et donc désormais aussi sa façon de faire campagne.

>> A LIRE AUSSI - "Zemmour fait du porno politique, et ça fascine": l'équipe d'Anne Hidalgo tente de faire entendre sa candidate

Les Républicains persuadés d'avoir trouvé la combine pour faire oublier Éric Zemmour

Des débats, encore des débats et toujours des débats. Les Républicains ont adoré. "On a réussi à étouffer Zemmour", se persuade un ténor de la droite, "on a réussi notre coup”. Il reste un débat, mardi soir prochain, à quelques heures de l'ouverture des votes. Et c'est samedi 4 décembre, dans une semaine qu'on connaîtra le vainqueur.

Le stress monte pour Yannick Jadot

J-135, ce matin, avant le 1er tour. Le candidat des Verts estime qu'il a une responsabilité alors que les sondages sont plutôt mauvais pour la gauche : "Je sens une forme de gravité chez Yannick" raconte un de ses porte-paroles, "il fait attention à ses prises de parole, pour ne pas dire de conneries. On est tous un peu stressé par l'enjeu".

Le service politique de RMC