RMC

Stéphane, électeur de Fillon: "non à la cohabitation, aux législatives je voterai pour un candidat En Marche!"

Vue de l’hémicycle de l'Assemblée nationale.

Vue de l’hémicycle de l'Assemblée nationale. - AFP

C'est la grande inconnue des législatives: Emmanuel Macron va-t-il disposer d'une majorité ou va-t-il devoir cohabiter? Si les cadres du parti Les Républicains appellent clairement leurs électeurs à voter pour un candidat LR, certains ne sont pas prêts à les suivre. C'est le cas de Stéphane, agriculteur, qui votera pour un candidat La République En Marche! "par cohérence".

Stéphane, agriculteur dans le Calvados, électeur de François Fillon et ancien adhérent aux Républicains. Il va voter pour le candidat La République en Marche lors des législatives.

"J'ai toujours voté à droite, j'ai même adhéré aux Républicains. Malgré les affaires et mes hésitations, au premier tour de la présidentielle j'ai voté pour François Fillon par conviction, puis j'ai voté Emmanuel Macron au second tour. Maintenant qu'Emmanuel Macron est élu, je vais aller jusqu'au bout de sa démarche en votant pour un candidat de la République En Marche! aux législatives. Il faut qu'il y ait de la continuité. J'en discute avec des gens de mon entourage, et ils sont nombreux à vouloir faire comme moi. J'ai regardé son programme, il y a des choses qui me semblent cohérentes, donc on va lui faire confiance.

Les cadres du parti Les Républicains se trompent quand ils appellent à voter pour un de leurs candidats, pour forcer Emmanuel Macron à une cohabitation. Moi, je suis cohérent, je ne veux pas de cohabitation. Je suis plutôt libéral et M. Macron propose une réforme du travail. En ce sens, il ne me semble pas trop éloigné de mes idées, donc je vais lui laisser une chance.

"Valls ou pas, peu importe"

Même la candidature de Manuel Valls pour En Marche ne me fait pas revenir sur ma décision. Vu le contexte actuel, j'étais déjà pour un gouvernent d'union nationale. Même si je suis 'de droite', je commence à en avoir assez du clivage gauche-droite. Alors si on a des bonnes volontés qui veulent réformer notre pays, peu importe qui ils sont. Manuel Valls, c'est quand même quelqu'un d'ouvert sur le monde du travail.

Je n'attends pas non plus un Premier ministre de droite ou un gouvernement avec beaucoup de ministres de droite. Ce que je veux, ce sont des ministres réformateurs! Qu'ils soient de gauche ou de droite, peu importe, ce qu'il faut c'est qu'ils fassent des réformes. Il faut qu'on bouge ce pays, car il ne nous manque pas grand-chose pour basculer du bon côté, et pour qu'il y ait moins de chômage. Et quand il y aura moins de chômage, il y aura moins de populisme. Il faut que les gens retravaillent, donc il faut des réformes profondes. Et s'il y a des hommes de gauche ou de droite qui veulent aller avec en Marche!, du moment que l'on est dans cette dynamique, ça ne me dérange pas."

Propos recueillis par Philippe Gril