RMC

Thomas Pesquet, Bixente Lizarazu... Qui pour incarner le futur loto de la biodiversité?

Comme pour le patrimoine, le gouvernement veut organiser un loto pour la biodiversité. Et comme Stéphane Bern est l'ambassadeur du premier, les dirigeants politiques lui cherchent un homologue pour ce nouveau jeu. Tout en haut de leur liste, un nom: celui de Thomas Pesquet.

On connaissait le loto du patrimoine, avec Stéphane Bern. Il y aura bientôt un loto de la biodiversité et le gouvernement cherche une personnalité pour l’incarner. Et déjà plusieurs noms circulent pour ce poste d’ambassadeur. Le candidat cinq étoiles, celui qui coche toutes les cases car il est à la fois extrêmement populaire, et très sensible à la cause, c’est Thomas Pesquet.

Astronaute, figure très engagée, il prend notamment des clichés depuis l’espace pour témoigner des dégâts du réchauffement climatique sur notre planète. Le profil idéal. Conseillers ministériels et porteurs du projet égrènent aussi des noms qui ne sont pas forcément associés à la biodiversité pour toucher un public encore plus grand. On évoque l’ex-footballeur Bixente Lizarazu, engagé contre la pollution des plages.

D’autres plaident pour que le poste soit pourvu par une femme: la footballeuse Wendy Renard ou l’animatrice et ex-miss France Laury Thiellmann. Le nom de la présentatrice d’un JT de 20h est même évoqué.

L’idée, c’est donc de mettre un coup de projecteur sur la biodiversité sous la forme d’un jeu. Un jeu de grattage élaboré d’ici un an, par la Française des Jeux. L’objectif est que les fonds récoltés soient investis dans la protection de sites naturels en danger tels que des étangs pollués, des zones où les espèces sont menacées, des forêts incendiées… Les citoyens pourront même voter pour les missions qu’ils souhaitent financer, via une plateforme, sur le modèle du loto du patrimoine. Cette fois, le jeu sera moins cher, 3 euros. L’office français de la biodiversité espère recueillir au moins 10 millions d’euros.

Un projet sauvé par ... l'article 49-3

Ce “loto de la biodiversité”, il est soutenu au plus haut sommet de l’Etat. C’est même la Première ministre, Élisabeth Borne, qui a sauvé in extremis ce projet puisqu’il s’agit à l’origine d’un amendement dans le projet de loi de finances, adopté par 49-3, qui a bien failli passer à la trappe. Visiblement, Bercy n’en voulait pas parce que ce sont autant de recettes qui ne vont pas dans les caisses de l’Etat.

Aujourd’hui, le dossier est piloté par Christophe Béchu, le ministre de la Transition écologique, sous la tutelle de Matignon. Et la question de l’incarnation devra donc bientôt être tranchée. Il se dit même que Stéphane Bern, ambassadeur du loto du patrimoine, pourrait être consulté pour donner un avis sur le nom de son homologue à la biodiversité.

Hélène Terzian