RMC

Retour prochain du gel: les viticulteurs inquiets

Dans certaines régions, la pluie et le froid sont de retour après des températures clémentes. Et laissent craindre des périodes de gel, la hantise pour les vignerons.

Le printemps a débuté mais la pluie et le froid sont de retour dans certaines régions après plusieurs jours de douceur et de soleil. Le gel, lui aussi, devrait refaire surface.

Et à cette période de l'année, c'est la hantise des vignerons. Par exemple, en Indre-et-Loire l'an dernier, 70 % des vignes avaient gelé.

Cela risque d'être le cas cette année en Bourgogne, avec des températures négatives prévues la nuit prochaine. A Meursault, les bourgeons sont déjà sortis dans les rangs de vignes de Jean-Michel Gaunoux, viticulteur à Meursault, en Bourgogne. Mais la nuit prochaine, la température pourrait descendre en dessous de zéro. Le viticulteur craint pour ses 6 hectares de Chardonnay: "On est quand même un peu stressés, ça peut faire des dégâts".

"Les exploitants sont conscients du risque"

Il a plusieurs techniques pour limiter les dégâts et éviter que les jeunes bourgeons gèlent: "On a des genre d'éoliennes, des hélices qui brassent de l'air et on brûle des bottes de paille le long des contours de nos vignes. On les allume tôt le matin. Le but n'est pas de faire de la flamme, il faut que ça fasse de la fumée. Comme ça si le soleil se lève, il ne brûle pas les bourgeons".

Ces variations de températures peuvent ruiner la prochaine récolte selon François Labet, président du bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne: "Tous les exploitants sont conscients du risque. On sait qu'avec ce changement climatique, on doit subir des extrêmes de température, à la hausse comme à la baisse".

Ces techniques de protection ont un coût: entre 8.000 et 10.000 euros de l'hectare, quel que soit le type d'installation.

Caroline Philippe avec Paulina Benavente