RMC

Pénurie de champignons à cause de la sécheresse: "Les prix vont augmenter"

Patrick Mioulane, expert jardin de RMC est venu ce jeudi matin décrypter les impacts de la sécheresse sur la nature et particulièrement sur les champignons. Le manque d’humidité cause "sans aucun doute" une "pénurie", explique-t-il.

Les chasseurs de champignons se retrouvent à sec. L'été indien qui se poursuit cet automne cause une sécheresse extrême qui cause de gros soucis à bien des niveaux. Certains villages doivent être approvisionnés en eau par camions citernes, certains agriculteurs souffrent sur leurs exploitations, alors que des communes de 71 départements différents sont même en état de catastrophe naturelle. 

Autre conséquence sur la nature: le manque de champignons. Ces organismes ont besoin d'humidité, mais les sols et sous-sols sont trop secs ces dernières semaines pour qu'ils poussent normalement. Patrick Mioulane, expert jardin de RMC est venu décrypter ce jeudi matin les soucis et enjeux de ce phénomène exceptionnel qui va avoir également un impact sur les porte-monnaie.

Les truffes également vont être difficiles à trouver

"Les conditions écologiques pour le développement des champignons ne sont pas là. Il n’y a pas que la pluie qui provoque l’humidité, il y a quelques zones où il y a des résurgences par le sol, mais ça reste extrêmement rare. Et il y a des champignons de type truffe, je pense que ceux-là on va avoir beaucoup de mal à les avoir et donc le prix va augmenter."

Le champignon est en effet un organisme qui est dépendant de ces conditions humides et de la vie de l'écosystème autour de lui. 

"Un champignon ne vit pas tout seul, il n’est pas capable comme une plante de se fabriquer sa nourriture. Il doit vivre en symbiose, soit avec une plante avec laquelle il va faire des échanges, ou qu’il va parasiter, ou alors il va consommer la matière organique. Et pour cela il faut qu’il y ait de l’humidité, or là, c’est un peu compliqué."

"On est déjà un peu en fin de saison !"

La pluie devrait faire son retour ce week-end selon les prévisions de Météo-France et pourrait contribuer au développement des cèpes, chanterelles et autres girolles. A moins qu'il ne soit déjà trop tard.

"Les pluies de ce week-end devraient permettre un petit peu la croissance de ces champignons, mais on est déjà un peu en fin de saison ! Les champignons apparaissent plutôt à la fin de l’été, avec la baisse des températures ça risque de ne pas tout à fait donner les conditions favorables pour le développement." 

"Les champignons sont les êtres qui absorbent les plus d’éléments polluants"

Il y aura ainsi une conséquence sur le prix des champignons, et sera synonyme d'importations massives des autres pays. Patrick Mioulane recommande toutefois de rester prudent vis-à-vis de certains champignons provenant de l'Europe de l'est.

"Ceux qui viennent de France vont coûter plus cher. Le risque est que l’on va avoir une importation massive de champignons venant notamment de l’Europe de l’est où l’on ne connaît pas trop la qualité organoleptique de ce qui arrive. Car il y a des pollutions pas tout à fait contrôlées, alors que les champignons sont les êtres qui absorbent les plus d’éléments polluants."
J.A. avec Bourdin direct