RMC

Pollution des eaux: 80.000 tonnes de déchets sauvages sont jetées dans la nature chaque année en France

Des associations portent plainte contre Vinci pour pollution. Le géant du BTP déverse du béton dans la Seine, et a reconnu les faits ce mercredi.

Depuis l'année dernière, sur un chantier Vinci des Hauts-de-Seine, les eaux de nettoyage des cuves de béton sont déversées dans une fosse à même le sol, et finissent leur course un peu plus bas, dans la Seine.

On ne parle pas d’un seau de béton. Des mesures ont été réalisées par les gardes pêche là où les eaux usées s’écoulent. Résultat: plus d’un mètre 50 de béton sous la surface.

Vinci reconnaît donc cette pollution, même s’il s’agit selon eux d’un incident regrettable dont ils ne savaient rien jusqu'au mois dernier. L’entreprise assure vouloir stopper les rejets. Elle risque jusqu'à deux ans de prison et 75.000 euros d’amende

Ce n’est pas un cas isolé

D’après l’ADEME, l’agence de l’environnement, plus de 80.000 tonnes de déchets sauvages sont jetées dans la nature chaque année. Que ce soit par des particuliers ou des entreprises comme Vinci.

Surtout que les déchets sauvages ne sont pas le seul danger. L’ONG Générations Futures recense dans un rapport inédit plus de 230 pesticides ou potentiels perturbateurs endocriniens dans nos lacs et rivières.

Et le premier pollueur, on le connaît bien, c’est le glyphosate. Suivi par deux autres herbicides dont l’atrazine, interdit en France depuis 2003.

Tout le territoire est touché

Certains départements s’en sortent mieux que d’autres. Les deux départements de Corse sont relativement épargnés, avec en moyenne 5 pesticides retrouvés.

En revanche, les cours d’eau où l’ONG recense le plus de produits toxiques se situent sur la côte normande, dans le Calvados, la Manche et la Seine-Maritime qui en comptent en moyenne 87.

Concernant la pollution au glyphosate seulement, ce sont Paris et le Pas-de-Calais qui sont le plus touchés.

Anaïs Bouitcha