RMC

Sécurité routière: "Sans mobilisation de notre société, on ne gagnera pas ce combat"

-

- - AFP

Le nombre de morts sur les routes a augmenté en août (+9,5%), avec 335 personnes tuées en 31 jours, confirmant une tendance à la hausse depuis le début de l'année.

C’est une tendance qui inquiète. Le nombre de morts sur les routes continue d'augmenter : +9,5 % en août (par rapport à août 2014) selon l'Observatoire national de la sécurité routière. De mauvais chiffres qui succèdent à ceux de juillet (+19,2%).

La tendance à la hausse se confirme depuis 2014. Cette année-là, le nombre de morts sur les routes avait augmenté pour la première fois en douze ans (3 384 morts, +3,5%) et depuis le gouvernement ne parvient pas à inverser la donne.

Alors, comment expliquer ces mauvais chiffres? À une moindre répression? Non, si l'on en croit le dernier bilan des infractions. Le nombre de contravention était en hausse en 2014 par rapport à 2013 (+1,5%). De la même manière, il y a eu 10,8 millions de dépistages d'alcoolémie en 2014, c'est 3,5% de plus qu'en 2013.

Pour plusieurs associations, les responsables ce sont nous tous, coupables de relâchement au volant. Malgré la prévention et les contrôles, les conducteurs respecteraient moins les règles de circulation. Le ministre de l'Intérieur l'a lui-même reconnu mercredi que "Nous avons, pour une partie des Français, un relâchement des comportements".

"C'est évident que le gouvernement actuel manque de courage"

Cela n'aurait rien à voir, donc, avec un quelconque laxisme des autorités. "Le gouvernement est totalement déterminé", juge Pascal Popelin, député de Seine-Saint-Denis, spécialiste des questions de sécurité au PS. "Le 26 janvier dernier, le ministre de l’Intérieur a annoncé 26 mesures. 19 sont déjà en application, comme l’interdiction de l’oreillette et le zéro tolérance en matière d’alcool pour les conducteurs novices. Par ailleurs, quand on est passé en 40 ans, de 18.000 morts par an à 3.500, c’est le "dur du dur", le fait de comportements irresponsables de certains automobilistes."

Pourtant, tout le monde ne partage de cet avis. "C’est évident que le gouvernement actuel manque de courage", fustige Claude Got expert en accidentologie. "Il ne prend aucune sérieuse. Si le gouvernement veut diminuer le nombre de mort sur les routes, c’est simple, il fixe sur le réseau secondaire une limitation à 80km/h. Cela représenterait 400 à 500 morts en moins en fin d’année."

Pour Me Jehanne Collard, avocate, une mobilisation d’ampleur est nécessaire. "Il faut en faire une grande cause nationale. On envoie des circulaires au parquet pour plus de répression et de poursuites. Et s’il n’y a pas de mobilisation de notre société sur le sujet, on ne gagnera pas ce combat."

Le gouvernement a promis d'inverser la tendance en réunissant un conseil interministériel le 2 octobre.

Gaëtan Delafolie