RMC

10% des couples français font chambre à part: une vraie tendance de fond?

Un couple français sur dix fait chambre à part. Un chiffre qui monte à un sur six si on ajoute ceux qui souhaitent le faire et ne franchissent pas le pas. Cette statistique est en constante augmentation. Mais quelles sont les raisons qui font que ces couples fassent chambre à part? L'enquête RMC signée Léna Marjak

Ils partagent tout, sauf leur lit et leur la chambre. D'après une étude de l'Ifop, en 2021, 10% des couples français feraient chambre à part, auquel il faut ajouter 6 % qui souhaiteraient le faire mais ne le font pas. Ils s'aiment, vivent ensemble depuis peu ou même depuis de nombreuses années mais pourtant, ils préfèrent passer une nuit chacun de leur côté, dans sa chambre. Les raisons pour faire chambre à part sont multiples. Jo et Pacho, 23 et 22 ans, sont ensemble depuis deux ans. Quand ils ont cherché un appartement à Caen. Il fallait absolument deux chambres. Pour que chacun ait son espace.

"Quand un des deux va se sentir moins bien ou a besoin de s'isoler aura eu une semaine compliquée, ça permet d'avoir cet espace pour se ressourcer, sans vivre avec l'autre. Personne ne pourra poser problème si un jour on se sent moins bien."

Pour d'autres, c'est une question de sommeil. Quand son conjoint se couche tard ou se lève tôt, ou ronfle, ça dérange. C'était le cas de Jean et sa femme Ambre. Ils ont décidé, il y a 5 ans, d'un commun accord, de ne plus dormir ensemble, après avoir eu leur premier enfant : "Mon petit ronflotement réveillait ma chère et tendre épouse, car son sommeil est devenu très léger après l'arrivée du premier enfant. C'est d'un commun accord: j'en avais aussi marre d'être réveillé par ma femme parce que je ronflotais", explique Jean.

Dormir à deux, "ce n'est pas si naturel"

Cette tendance n'étonne pas tout le monde. Pascal Anger est psychothérapeute. Pour lui, "ce n'est pas si naturel que cela de dormir avec une personne":

"On a l'impression que c'est monnaie courante et c'est ce qui doit se passer. Quand on demande aux personnes s'ils se sentent bien dans la nuit, ils répondent 'bof pas si bien que cela'", explique-t-il.

Pourtant, lorsqu'un couple fait chambre à part on pense que c'est parce que ça ne va plus, qu'ils vont se séparer. Mais ce n'est pas forcément le cas. Au contraire, dormir chacun de son côté, c'est ce qui a sauvé le couple de Jean: "on s'était retrouvé à avoir des mini-engueulades à 3 heures du matin. On s'est dit que ce n'était plus possible, qu'on allait 'crever' si on ne dormait pas."

Une décision à prendre à deux

Par contre, pour que cela fonctionne, il faut bien sûr que ce soit une décision prise ensemble: "ces couples qui vont bien et qui décident ensemble, parce que la nuit, ça ne va pas, que tu me gènes/je te gène, et qu'il faut trouver une solution: ceux-là ont compris quelque chose. Ils vont trouver d'autres parades pour se retrouver et s'aimer différemment."

Mais est-ce que tout cela n'est pas au détriment d'une partie de leur intimité? Pas forcément. Ce n'est pas parce que l'on ne partage plus ses nuits avec son conjoint que les petits moments de tendresse ou d'affection disparaissent. Ils sont juste à d'autres moments: "On a toujours ce temps du câlin de matin. C'est un moment important, où on prend soin de l'autre" estiment Jo et Pacho. Malgré tout, de temps en temps, un manque peut s'installer:

"Il y a besoin que le couple existe. Sinon nous ne sommes plus que des colocs. On ne va pas se coucher ensemble, donc il faut trouver un autre espace-temps pour les moments de tendresse", note Jean.

Pour ces deux couples, il est désormais impossible de revenir en arrière et de dormir ensemble tous les soirs.

Léna Marjak avec MM