RMC

40% des aidants se déclarent en dépression en France

-

- - Christophe ARCHAMBAULT / AFP

"LECHYPRE D'AFFAIRE" - Tous les jours à 7h20, on parle éco et conso avec Emmanuel Lechypre, dans "Apolline Matin".

Un proche aidant, c’est un conjoint, enfant, parent, ami, voisin, qui soutient une personne âgée, malade, handicapée ou en situation de perte d’autonomie. Ils sont 11 millions dans le pays, donc un Français sur six est considéré comme aidant.

Et ils vont être de plus en plus nombreux puisque la population vieillit. On enregistre trois seniors de plus toutes les cinq minutes et on estime qu'en 2030, un actif sur quatre sera aidant.

>> A LIRE AUSSI - Journée mondiale contre Alzheimer: qui sont les 11 millions d'"aidants" en France?

Alors c’est vrai, la reconnaissance de leur statut progresse (aménagements multiples dans l’entreprise, élargissement du congé proche aidant à 3 mois), mais le sentiment qui domine largement, c’est encore un sentiment de solitude, de non-reconnaissance de l’ensemble de la société : 40% se déclarent en dépression selon la Dress.

La réalité, c’est que de plus en plus d’aidants se transforment en soignants, une tendance précipitée par la crise sanitaire.

Un rôle qui affecte la santé psychologique

91% des aidants assurent au moins une mission relevant du rôle de soignant, montre une étude réalisée par Ipsos et Unknowns pour la Macif. Une tendance liée à la crise sanitaire, qui a impacté près des deux tiers des aidants, en augmentant leurs missions (toilettes, kinésithérapie, pansements prévention des escarres, sans oublier évidemment les soins d’urgence en cas de chute etc…) .

Une situation difficile à vivre. Ce rôle de soignant affecte lourdement leur santé psychologique (71%), leur état de santé physique (70%) et leur relation avec leurs proches (67%), et c’est peut-être ce dernier aspect qui est le plus difficile à vivre.

Et puis il y a les aidants qui doivent s’occuper de leurs parents tout en ayant des enfants à charge. C’est une situation qui concerne 725.000 familles en France, nous dit la Drees dans une étude publiée hier, et qui demande beaucoup d’abnégation : un sur trois a réduit, en moyenne, ses loisirs, sorties ou vacances, un sur quatre déclare manquer de temps pour soi ou éprouver le sentiment de faire des sacrifices et un sur sept déclare connaître des tensions avec au moins un membre de son entourage.

Emmanuel Lechypre