RMC

Abus sexuels dans l'Eglise: un appel à témoignages est lancé

Quelque 2000 appels téléphoniques, mails et courriers ont été reçus par la Commission Sauvé en l'espace de trois mois (photo d'illustration)

Quelque 2000 appels téléphoniques, mails et courriers ont été reçus par la Commission Sauvé en l'espace de trois mois (photo d'illustration) - GABRIEL BOUYS / AFP/ Archives

La commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise catholique lance un appel à témoignages auprès de ceux qui en ont été victimes.

Des outils pour libérer la parole. La commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise met en place à partir de ce lundi un numéro de téléphone, une adresse mail et une boite postale afin de recueillir le témoignage de victimes et témoins d'abus sexuels dans l'Eglise. 

Cet appel à témoignage passe tout d'abord par l'écoute avec la mise en place d'un numéro de téléphone: le 01.80.52.33.55. Des personnels spécialement formés seront chargés d'écouter et recueillir les différents témoignages. Une adresse mail (victimes@ciase.fr) et une boîte postale (Service CIASE – BP 30132 – 75525 Paris cedex 11) sont instaurées également. 

Un processus à trois phases

Ensuite, à l'issue de ces entretiens, il sera proposé aux appelants de répondre à un questionnaire anonyme, "qui sera traité par un institut de sondage et analysé par des chercheurs", a précise Jean-Marc Sauvé, président de la commission à l'AFP. Finalement, troisième volet, la commission, avec l'appui de chercheurs en sciences sociales, va mener "des entretiens semi-directifs" auprès de victimes volontaires.

Le recueil de témoignages est accompagné d'une autre initiative: le recensement des archives des diocèses et congrégations religieuses qui vont avoir six mois pour renseigner un questionnaire et ainsi indiquer le nombre de dossiers, type d'auteur, nombre de victimes, suites données. La CIASE entend aussi explorer des archives de la justice et de la presse. 

"C'est un grand jour"

Olivier Savignac, représentant un collectif de victimes reçu à Lourdes par l'épiscopat à l'automne dernier, parle "d'un grand jour" : "C'est la première fois qu'une aussi grande consultation est mise en place et on espère que les victimes vont répondre en masse", dit-il. "Cette démarche, ça va dans le bon sens. Mais je ne sais pas si des gens qui ont été trahis par une autorité vont être enclins à aller témoigner", a quant à lui commenté, auprès de l'AFP, François Devaux, président de l'association La parole libérée.

La commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise, la CIASE, créé à l'automne dernier doit permettre de faire la lumière sur les abus sexuels commis par des clercs ou des religieux sur des mineurs et des personnes vulnérables depuis les années 1950. Présidée par Jean-Marc Sauvé, ancien vice-président du Conseil d'État, elle est composée de 22 membres et doit rendre ses conclusions "fin 2020".

Julien Vattaire avec AFP