RMC

Ancien boxeur pro soupçonné d'avoir agressé des CRS: "C'est l'image de la boxe qui a été écornée"

La Fédération française de boxe a condamné dimanche dans un communiqué les agissements d'un "ancien boxeur professionnel" auteur de violences à l'égard des forces de l'ordre, samedi lors de la manifestation parisienne des "gilets jaunes".

Dans certaines salles de boxe, la violence de Christophe Dettinger, ancien champion de France, face aux CRS a choqué. L'homme est recherché par la police pour avoir frappé deux CRS samedi lors d'une manifestation de "gilets jaunes" à Paris.

Dans cette salle d'entrainement de Seine-Saint-Denis, face aux punchingballs, des mots inscrits en grand sur les murs: "Humilité, détermination, respect, ce sont un peu les valeurs de la boxe".

"On ne fait pas de la boxe pour agresser des gens"

Saïd Bennajem entraîne chaque semaine des dizaines d'enfants ici au Boxing Beats Aubervilliers. Il se tient prêt à parler avec eux des violences commises samedi par cet ancien boxeur:

"Si les enfants ont vu ces vidéos, on va peut-être en parler. Mais c'est à nous, les entraîneurs et éducateurs sportifs, de continuer à travailler comme on travaillait jusque-là, c'est-à-dire leur apprendre le respect des autres, le fait que l'on ne fait pas de la boxe pour se bagarrer dans la rue, on ne fait pas de la boxe pour agresser des gens. On fait de la boxe parce que c'est un sport de combat, parce qu'on veut faire des compétitions. On a un travail à faire d'éducation autour de ça qui peut être aussi important".

La Fédération française de boxe condamne également ces actes. Patrick Wincke, directeur technique national, déplore ces agissements: "On a un sport qui véhicule un certain nombre de valeurs qui ont été bafouées à travers les images que l'on a vues. C'est l'image de la boxe qui est écornée".

Mais aujourd'hui, la Fédération ne peut pas sanctionner Christophe Dettinger. L'ancien champion de France n'est plus licencié depuis plusieurs années.

Caroline Philippe (avec P.B.)