RMC

Comment l'Union européenne subventionne les Restos du Coeur

L'Europe joue un rôle crucial pour certaines associations et notamment pour les Restos du Cœur. Ils bénéficient depuis 1987 d’une aide de l’Union européenne de 25 millions d’euros par an, soit un quart des repas distribués par les Restos chaque année en France.

Sur le bon de livraison, François bénévole aux Restos, liste les denrées reçues cette semaine… qui sont financées par le Fonds européen d’aide aux plus démunis.

Chaque année les Restos du Cœur perçoivent un virement bancaire: 25 millions d’euros de la part de l’Union européenne. C’est avant tout sur cet argent que s’appuie l’association pour être certaine d’offrir des repas complets aux plus démunis, explique Patrice Blanc, président des Restos: "Ca nous apporte une garantie pour avoir des repas équilibrés qu'on peut proposer, avec du lait, des protéines, viande ou poisson, de l'huile... un certain nombre de produits de base auxquels on peut ajouter les dons de monsieur et madame tout le monde ou les produits que l'on récupère au titre de la lutte contre le gaspillage alimentaire".

Une aide bientôt divisée par deux?

Ensuite, les quantités sont réparties entre les centres, en fonction la fréquentation. Ici, près de 10.000 repas sont distribués chaque semaine. Malgré les drapeaux européens affichés sur les étagères, entre les conserves et les briques de lait, la plupart des bénéficiaires ignorent comment ces produits sont financés, regrette Françoise, bénévole: "On a, sur chaque produit, des affiches pour montrer que ça vient de l'Union européenne, qu'on est aidés et qu'on ne pourrait pas distribuer autant sans cette aide".

Le montant de cette aide risque de diminuer à partir de l’an prochain, Patrice Blanc s’en inquiète: "Dans les prévisions budgétaires de la Commission, elle risque d'être divisée par deux. Ça veut dire que pour nous, c'est 120.000 personnes à qui on ne pourra plus apporter de repas pendant l'année"

Les Restos du Cœur ont interpellé tous les candidats aux européennes. Ils espèrent que les eurodéputés élus se battront pour que cette aide ne baisse pas.

Caroline Philippe