RMC

Déscolarisé, situation familiale instable... une étude dresse le portrait-robot des mineurs prostitués

Selon l'étude, 89% des jeunes qui se prostituent auraient subi des violences sexuelles, physiques ou psychiques.

Il y aurait en France entre 6000 et 10.000 mineurs prostitués selon une étude de l'observatoire des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis que nous vous dévoilons ce mardi sur RMC.

En partenariat avec le Tribunal de Grande Instance de Bobigny, cet observatoire a tenté de mieux comprendre comment des mineurs se prostituent dans le département. L'objectif, "mieux connaître pour mieux protéger" ces mineurs afin de prévenir cette prostitution.

Aujourd'hui, selon l'étude, même si les prostitués n'ont pas qu'un seul visage, on peut mettre sur pied un portrait-robot de ces mineurs qui sombrent dans la prostitution. L'immense majorité des prostitués mineurs ont subi des violences physiques, sexuelles ou psychiques avant de se prostituer. Cela représente 89 % des dossiers étudiés par les juges des enfants de Bobigny. 

Les réseaux sociaux, nouvelle technique de racolage

Beaucoup de ces mineurs vivent une situation familiale instable : parents séparés, déménagements récurrents. Ces enfants ont aussi un rapport très difficile avec l'école: 60% d'entre eux sont déscolarisés.

Mais l'observatoire des violences envers les femmes en Seine-Saint-Denis note surtout un phénomène en pleine explosion : la prostitution via les réseaux sociaux. Les plateformes type Snapchat, Instagram ou Facebook représente 50% des approches des clients. Ces réseaux offrent aux proxénètes des possibilités de recrutement en masse et à distance. L'étude préconise donc de mieux surveiller Internet pour davantage protéger les mineurs.

Nicolas Ropert avec Guillaume Descours