RMC

Deux canons à neige de la station de ski des Gets vandalisés: une enquête ouverte

Un canon à neige vandalisé dans la station des Gets

Un canon à neige vandalisé dans la station des Gets - SAgets

Deux enneigeurs ont été dégradés dans la station de ski des Gets (Haute-Savoie). Les appareils ont été tagués et les cables sectionnés. Une action qui met en péril la station qui souffre déjà du manque de neige comme l'explique son directeur technique sur RMC.

Coup dur pour la station de ski des Gets, en Haute-Savoie. Deux canons à neige, utilisés pour produire de la neige artificiellement, ont été dégradés dans la nuit du 24 au 25 décembre. Ils sont provisoirement inutilisables.

Une plainte a été déposée à la gendarmerie. Pour le moment, ces dégradations n'ont pas été revendiquées, mais pourraient être assimilées à un groupe de militants écologistes.

“Les câbles ont été sectionnés et le capot a été totalement tagués et inscrits”, indique Jérôme Scarabelli, le directeur technique du domaine skiable des Gets. "Pas de ski sans neige", a été écrit en lettres rouges. Le préjudice s'élève à 3.000 euros selon Jérôme Scarabelli qui redoute d'autres conséquences.

“S’ils ne sont pas réparés dans une semaine, dans cette zone-là, il nous manquera encore plus de neige cruellement. C’est la dernière piste qui nous permet de descendre jusqu’au domaine. Si cette piste-là vient à nous lâcher, ce sera le domaine qui sera complètement fermé. On n’aura plus de ski aux Gets”, dénonce-t-il.

Pour Benjamin Mugnier, le directeur marketing et commercial de la station. Ce type d'acte est inédit.

"C’est une première dans les domaines skiables français, je crois. Donc c’est choquant et c’est attristant. Après ça va dans la mouvance de ces derniers mois avec les sabotages de divers endroits comme les golfs cet été, Lafarge récemment. Le ski reçoit aussi. C’est un peu perturbant parce que c’est notre outil de travail et nous, on ne demande qu’à travailler et à faire travailler nos 240 saisonniers qui risquent avec de tels sabotages de perdre leur emploi", regrette-t-il.

Un sabotage qui ne convainc pas les skieurs, comme Aurélie. “Je trouve ça scandaleux. Ce n’est pas de la faute des gens d’ici. Pour moi, ça ne sert à rien”, indique-t-elle.

Une enquête ouverte

Auriane ne cautionne pas non plus l'action, même si elle comprend le message derrière. “On a quand même un gros problème au niveau du réchauffement climatique. Je serais prête à arrêter de skier pour ne pas faire de la fausse neige. L’année prochaine, je ferai plus attention”, assure-t-elle.

Mais cette critique des enneigeurs est injustifiée pour Benjamin Mugnier.

“On ne comprend pas trop le symbole parce qu’on va prélever de l’eau et puis on va la restituer à la fonte des neiges donc on n’impacte pas le cycle de l’eau. La production de neige est faite grâce à de l’électricité qui est décarbonée. En termes d’impact sur l’environnement les enneigeurs ce n’est pas ce qu’il y a de plus reprochable”, appuie-t-il.

Une enquête a été ouverte pour tenter d'identifier les responsables de ces dégradations.

Aymeric Dantreuille avec Guillaume Descours