RMC

"A 16 ans, tu peux te faire 200 euros en une heure": Nina, ex-prostituée mineure, raconte son calvaire

TEMOIGNAGE RMC - La jeune femme s'en est aujourd'hui sortie, grâce à ses parents notamment.

Ce mardi matin Adrien Taquet, le secrétaire d’Etat chargé de l’Enfance et des familles, présente le rapport "Combattre la prostitution des mineurs". Le 30 septembre dernier, il avait lancé un groupe de travail chargé de proposer des pistes pour mieux lutter contre cette prostitution.

La prostitution Nina l'a vécue pendant deux ans, de ses 15 à ses 17 ans. Déjà fragile, Nina est violée, à 15 ans. Elle plonge dans l'alcool, la drogue. Elle vole de l'argent à ses parents, mais ça ne suffit pas. Elle finit par "vendre son corps", comme elle dit. “Des fois, tu vas aller chez des personnes, des fois, tu vas recevoir à l’hôtel”, détaille-t-elle.

>> A LIRE AUSSI - La prostitution en ligne désormais plus répandue que la prostitution classique

Des passes qui l'abîment.

“Tu n’a plus de rapports au corps. Il y a quelque chose qui s’est faussé en toi. Le rapport sexuel en lui-même n’a plus de valeur. Tu prends du savon, tu frottes, tu frottes, tu vois que ton corps est propre de l’extérieur, mais tu ne te sens pas bien”, assure-t-elle.

Sur un site d'escort, Nina poste une petite annonce et l'engrenage se met en place. “Tu es obsédée par l’argent. Tu as 16 ans et tu peux te faire 200 euros en une heure. J’ai vu des filles s’épuiser et faire jusqu’à 20.000 par mois” confie-t-elle.

6000 et 10.000 adolescents prostitués en France

De l'argent qu'elle gaspille dans la cocaïne et dans la lingerie. Un cercle vicieux dont elle finit par sortir grâce à ses parents. “C’est ma famille qui m’a sauvé. Sans eux, je n’y serai pas arrivé”, admet-elle.

Le cas de Nina n'est pas isolé. Le rapport présenté ce lundi doit permettre d'en prendre conscience selon Armelle Le Bigot-Macaux, présidente de l'association Agir contre la prostitution des enfants.

“Ce rapport va nous permettre de considérer que ce phénomène est en explosion, que c’est un phénomène qui peut toucher n’importe quelle gamine. Et que du coup, les parents, les enseignants, la police, doivent être sensibilisés et soient également formés. C’est pour ça qu’avec ce rapport, j’attends des moyens”, assure-t-elle.

Entre 6000 et 10.000 adolescents en France se prostituent. Un chiffre largement sous-estimé selon elle.

Caroline Philippe avec Guillaume Descours