RMC

Augmentation de salaire pour les enseignants: "300 euros par an, ce n’est pas grand-chose", déplore un professeur

Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a annoncé mercredi sur BFMTV que le salaire annuel des enseignants allait augmenter de 300 euros.

Les professeurs vont voir leur salaire annuel augmenter de "300 euros en moyenne en 2020". C’est ce qu’a annoncé ce mercredi, Jean-Michel Blanquer sur BFMTV. Le ministre de l'Éducation nationale semble vouloir placer la rentrée sous le signe de l'apaisement, après la crise du bac survenue fin juin.

Des revalorisations salariales avaient été négociées sous le quinquennat de François Hollande, mais "concrètement, c'est sous ce gouvernement que des augmentations de ce type vont avoir lieu: c'est-à-dire en moyenne 300 euros pour tout le monde (...) en 2020", a promis Jean-Michel Blanquer sur BFMTV.

300 euros d'augmentation annuelle en moyenne, c’est un geste positif, mais pour les professeurs, l'important est ailleurs. Steven est enseignant en histoire-géographie dans un lycée de la Courneuve. 

"Ce n’est pas une revendication prioritaire des enseignants. Nous on est beaucoup plus attaché aux conditions d’apprentissage des élèves. Par conséquent, ce qui nous intéresse plus c’est d’avoir le moins d’élève possible par classe. Le salaire nous apporte moins. Et si c’est en plus 300 euros par an, ce n’est pas grand-chose", analyse cet enseignant. 

Mobilisation contre la réforme du Bac

Cela représente en effet à peine plus de 20 euros d'augmentation par mois. Autre annonce, la prime, portée à 2000 euros, pour les professeurs en REP +. Une bonne chose-là aussi, mais qui ne va concerner que 50.000 personnes.

"Par exemple, il n’y a pas un seul lycée en France qui soit classé en REP+. On ne peut pas se contenter de donner de l’argent à quelques-uns et de laisser les autres sur le carreau alors que le pouvoir d’achat des enseignants est en baisse depuis 30 ans", indique, Jean-Rémi Girard, président du syndicat de l'éducation nationale et du supérieur. 

Augmentation, primes : ces annonces montrent une volonté d'apaiser la colère des enseignants, après la crise du bac. Une réforme du bac contre laquelle plusieurs syndicats ont annoncé qu'ils allaient se mobiliser, dès la rentrée, lundi prochain.

Rémi Ink avec Guillaume Descours