RMC

Classes surchargées pour la rentrée: "Les élèves qui gèrent tant mieux, les autres tant pis"

-

- - AFP

Dernier week-end de vacances pour près de 12,5 millions d'élèves, qui reprendront le chemin de l'école dès lundi, parfois dans des classes surchargées.

Vendredi, ce sont plus de 800 000 profs qui sont retournés dans leur établissement. Objectif: préparer ce retour des élèves à l'école, au collège et au lycée lundi. Et cette année, les syndicats craignent des classes surchargées. 50.000 nouveaux élèves sont inscrits sur les listes du collège et du lycée pour cette rentrée.

Conséquence: selon le syndicat d'enseignants SNES, 41% des classes des lycées publics compteront 35 à 39 élèves. On comptera donc en moyenne 30 enfants par professeur. Un chiffre en net augmentation par rapport à il y a 5 ans. On est passé de 25% de classe surchargées en 2012 à 40% en 2017 selon le SNES.

"Je vais commencer à ne plus suivre le cours"

Forcément, cela inquiète tant les élèves que les professeurs, comme dans ce collège parisien. Dylan rentre en 3e. Travailler dans une classe surchargée, ça ne l'enchante pas. "Le bruit va être doublé à cause du sureffectif. Je vais commencer à ne plus suivre le cours. Arrivé à la maison, quand on va me demander ce qu'était le cours je ne vais même pas pouvoir répondre. Je passe le brevet cette année, donc je vais devoir faire avec. Mais ça va être assez compliquée".

Sa mère Estelle redoute qu'il soit dans une classe saturée. "Si je vois que les résultats ne sont pas au top par rapport à ça, si ce n'est pas dû à mon enfant, j'essaierai de le changer de collège".

"Les élèves étaient concrètement assis par terre"

Guezzia est professeure d'histoire-géo. Elle a déjà eu une classe de 35 élèves. Pour elle, impossible de travailler dans ces conditions. "Les élèves étaient concrètement assis par terre. On ne gère pas, on ne peut pas faire d'évaluation différenciée comme on nous demande de le faire, ce n'est pas possible. Là on gère le trop plein. Ceux qui gèrent tant mieux, et les autres tant pis". Pourtant pour cette rentrée, plus de 4000 postes d'enseignants ont été crée pour cette rentrée.

Antoine Jeuffin (avec A.M.)