RMC

École: une classe connaît son huitième enseignant différent depuis la rentrée des classes

Les parents d'élèves de la classe de CM1 de l'école Marcel Doret à Chatillon (Hauts-de-Seine) se sont réunis, ce vendredi, pour dénoncer la situation de leurs enfants: ils ont connu huit enseignants différents depuis la rentrée des classes, en septembre.

La faute est grossière mais totalement volontaire. "Je veux un mètre": c'est l'affiche portée par Kaïs, 9 ans, élève de la classe de CM1 de l'école Marcel Doret, à Chatillon (Hauts de Seine).

"C'est pour montrer qu'on ne sait même plus écrire car on n'a plus de maitre", explique l'enfant.

Car là est le problème pour les élèves de cette classe. Depuis le début de l'année, ils ont eu huit enseignants différents, soit un professeur différent toutes les deux semaines.

Le premier insitituteur a fait une journée

En septembre dernier, les élèves de CM1 ont fait leur rentrée avec un nouvel enseignant. "Mais directement, le lendemain, on ne le revoit plus", explique une mère d'élève. L'instituteur est remplacé, mais son remplaçant tombe malade. C'est le premier couac d'une longue série. Les remplaçants se succèdent, pas toujours compétents:

"On a eu des personnes qui ne savent pas toujours bien parler français… Vous imaginez lors des dictées, les enfants ne les comprenaient pas. On a eu des personnes qui laissaient des fautes d'orthographe dans les dictées…" alerte Laetitia, maman de Clara,

Pour dénoncer cette situation, les parents d'élèves se sont réunis devant l'établissement pour dénoncer la situation de leurs enfants qui n'est pas nouvelle. Cette classe de CM1, qui sont donc les CP de l'année tronquée à cause du COVID-19, a déjà rencontré des problèmes de remplacements de professeurs, l'année dernière, en CE2. Car le programme n'est pas tenu et les enfants n'arrivent plus à suivre. Une situation qui inquiète parents mais aussi enfants:

"J'ai peur qu'on me demande des choses en CM2 et que je n'arrive pas à y répondre", explique Kaïs.

>>> Suivez RMC sur Google pour retrouver les dernières actualités

Les parents d'élèves veulent une "réponse pérenne"

Soucieuse pour les enfants, la fédération des parents d'élèves a tenté d'obtenir des réponses auprès de l'académie. Mais après cinq mois de combats, sa représentante, Clémence Samuel est désabusée: "On ne voit pas de solution au problème. On nous annonce le nom d'un nouvel enseignant, qui donne une petite lueur d'espoir, en se disant, ça y'est on tient le bon, et au final, on nous fait bien passer le message que ce n'est qu'un remplaçant qui sera lui-même remplacé." Elle souhaiterait surtout des réponses "pérennes" pour que les enfants "puissent finir l'année de manière stable":

"On voudrait que les enfants puissent finir l'année de manière stable, sans rechanger d'enseignants toutes les deux ou trois semaines en reprenant le programme au début. Les enfants vont connaître par cœur les premières semaines du programme, mais il leur manquera deux trimestres", explique-t-elle.

Vendredi, un nouveau remplaçant est arrivé. Il devrait rester jusqu'aux vacances de février. L'académie promet une situation stable et régulière, jusqu'à la fin de l'année scolaire.

Ameline Lavechin avec Maxime Martinez