RMC

Ecoles fermées et vacances anticipées: Emmanuel Macron s'avance sur une reprise "essentielle" dès le 26 avril

Pas question de prolonger la fermeture des établissements scolaires, après les deux semaines de vacances de printemps unifiées à partir du 12 avril, pour le chef de l'Etat.

Une nouvelle qui devrait rassurer des parents qui ont dû s'organiser en urgences: il n'est pas question de prolonger la fermeture des établissements scolaires, après les deux semaines de vacances de printemps unifiées à partir du 12 avril, a expliqué Emmanuel Macron.

"C'est essentiel qu'on reprenne les cours en présence pour les maternelles et les primaires le 26 avril, et pour les collèges et les lycées la semaine d'après. Je n'ai pas conditionné la réouverture des maternelles et des écoles, puis des collèges et des lycées, à des indicateurs sanitaires. Parce que ces trois semaines d'absence physique de cours sont déjà un effort important", dit-il au journal Le Parisien.

>> A LIRE AUSSI - "Bug"... ou "cyberattaque"? L'école à la maison (re)commence avec des problèmes informatiques

Depuis son bureau de l'Elysée, le chef de l'Etat s'est invité à un cours d'histoire du collège Itard d'Oraison, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Une manière de montrer son soutien aux enseignants et aux élèves, passés aux cours à distance dans le cadre du troisième confinement face à l'épidémie du Covid.

A sa demande, les élèves, d'abord intimidés, l'ont finalement pressé de questions sur la date de l'allègement des restrictions.

>> A LIRE AUSSI - Troisième confinement: voici les motifs de déplacements autorisés avec la nouvelle attestation

Seul à son bureau face à son écran d'ordinateur, le président de la République répond à une première question d'une élève inquiète de devoir se confiner une quatrième fois. 

Iil assure alors à Rose que "jusqu'à la fin de l'année scolaire, il ne devrait pas y avoir un nouveau confinement". Après les trois à quatre semaines de fermeture des établissements scolaires, "on pense qu'on aura bien freiné le virus un peu partout et on aura accéléré la vaccination. Cela nous permettra d'être dans une situation plus confortable", espère-t-il.

Margaux Bourdin avec Guillaume Descours