RMC

Le gouvernement veut renforcer la législation sur les écoles hors-contrat et empêcher tout financement étranger

Lundi, lors de l’examen au Sénat du projet de loi contre le séparatisme, Gérald Darmanin a déposé un amendement pour permettre au préfet de s'opposer à l'ouverture d'écoles hors contrat soutenues par un Etat étranger "hostile" à la République.

Pour le moment il ne s'agit que d'un vaste terrain vague, à côté de l'une des mosquées d'Albertville: "C'est le terrain qui nous avons acheté en 2016 pour construire une école de confusion musulmane", montre Engin Seller, président de la section locale de la Confédération islamique Millî Görüş en à l'origine du projet. Et il l'assure. Les états étrangers ne donneront pas un centime alors que l'association est soupçonnée d'être proche du président Erdogan et de bénéficier de soutiens financier du pouvoir turc, et est dans le viseur des autorités après avoir refusé de signer la charte de la laïcité.

"L'école que l'on fait reste entièrement financée par l'argent de nos fidèles et de ceux qui sont là", assure-t-il. Cette école primaire sera ouverte aux enfants de toutes confession ajoute ce représentant local de Millî Görüş, pour un coût de construction estimé à 3 millions d'euros.

Ce qui ne rassure pas Laurent Wauquiez. Le président Les Républicains de la région se félicite de la proposition de loi du gouvernement dont l'objectif est de lutter contre l'ouverture d'écoles hors contrat soupçonnées de favoriser le séparatisme. Et l'association cultuelle en ferait partie selon lui: "Millî Görüş est une association qui très clairement affiche dans ses buts l'objectif de soustraire à l'influence des valeurs républicaines une partie des personnes qui sont sur notre territoire. Je pense que nous sommes trop naïfs face à des gens comme ça".

>> A LIRE AUSSI - Soirées clandestines: 381 interventions de police depuis le 15 décembre

11 établissements gérés par Millî Görüş en France ?

Lundi, lors de l’examen au Sénat du projet de loi contre le séparatisme, Gérald Darmanin a déposé un amendement pour permettre au préfet de s'opposer à l'ouverture d'écoles hors contrat soutenues par un Etat étranger "hostile" à la République. Selon le ministre de l'Intérieur, "11 établissements", écoles maternelles et élémentaires, sont affiliés à l'association Millî Görüş sur le territoire, regroupant "des milliers d'enfants". "10 nouveaux établissements scolaires hors contrat sont prévus dans l'année qui vient", a-t-il ajouté, indiquant avoir été "saisi par de nombreux maires de toutes tendances confondues". 

Le projet de loi du Sénat prévoit également d'instaurer une obligation d'information du préfet trois mois au préalable avant toute subvention publique pour la construction d'un lieu de culte. Le préfet pourra ainsi vérifier si l'association peut toujours être qualifiée d'association cultuelle.

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: la fille d'un patient transféré de Nice à Brest lance une cagnotte pour les soignants de l'hôpital breton

Benoît Ballet (avec Guillaume Dussourt)