RMC

Pap Ndiaye, ministre de l'Education, justifie la scolarisation de ses enfants dans le privé

Vivement critiqué par certains membres de l'opposition pour avoir placé ses enfants dans une école privée très réputée, le ministre de l'Éducation, Pap Ndiaye, s'en est justifié dans le Parisien ce week-end.

C’est une information qui avait provoqué une petite polémique il y a quelques semaines. Peu après sa nomination comme ministre de l’Éducation, Pap Ndiaye avait confié que ses enfants étaient scolarisés dans une très réputée école privée du 6e arrondissement de Paris.

Une “révélation” qui interroge, certains se demandant comment un ministre de l’Éducation pouvait être nommé alors que ses enfants ne sont pas scolarisés dans le public. Des critiques auxquelles il a répondu ce samedi dans une interview au Parisien.

“Ils sont aujourd’hui scolarisés dans un établissement privé qui est sous contrat et, donc, qui remplit une mission de service public”, indique-t-il. Il précise également que ses enfants ont été, avant cela, été scolarisés en REP+. “Il y a des moments qui, dans le développement de l’enfant, peuvent être compliqués. C’est le choix de parents d’enfants pour lesquels à un moment les conditions d’une scolarité sereine et heureuse n’étaient plus réunies”, affirme-t-il.

"Qu’est-ce que ça envoie comme signal à tous les enfants des classes populaires et moyennes qui sont dans ces établissements?"

Une dernière phrase qui a fait bondir l'enseignante Barbara Lefebvre, dans les “Grandes Gueules” sur RMC.

“Donc on n’a pas une scolarité sereine et heureuse quand on est en REP ou en ZEP? Et les professeurs qui enseignent en ZEP ou en REP ils n’ont pas un exercice de leur métier serein et heureux?", interroge-t-elle avec ironie.

"Il faut un enseignement exigeant pour tous, aussi bien pour les enfants des classes populaires que les classes aisés"

"Qu’est-ce que ça envoie comme signal à tous les enfants des classes populaires et moyennes qui sont dans ces établissements? Et aux enseignants? Maintenant il y a des parents de milieux populaires qui se saignent pour mettre leurs enfants dans le privé, c'est ça la catastrophe de notre école publique.

Qui a ruiné l'école publique? C'est pas les profs, ce sont eux. Le rôle du ministère de l'Éducation, c’est justement de ne pas faire ce constat fataliste. Il faut un enseignement exigeant pour tous, aussi bien pour les enfants des classes populaires que les classes aisées. Le seul espace de mixité sociale c'était l'école. Il n'y en a plus aujourd'hui. Voilà le pays fracturé que l'on a."

Guillaume Descours