RMC

Quelles sont les nouveautés de "Parcoursup 2"?

Très critiquée depuis l'an dernier, la plateforme Parcoursup va évoluer pour sa deuxième année d'existence, avec, notamment, l'accélération du calendrier afin d'éviter un nouvel été de tensions.

Très critiquée depuis l'an dernier, la plateforme Parcoursup va évoluer pour sa deuxième année d'existence. Et l'objectif est clair: éviter un été stressant pour les futurs étudiants. 

La principale nouveauté de cette "Parcoursup 2" concerne donc son calendrier largement accéléré: l'ouverture de la plateforme a été anticipé et se fera dès le 20 décembre, soit un mois d'avance par rapport à l'année passée.

Les lycéens pourront se pencher sur un panel de formation enrichie:

"Cette année, 14.000 formations sont disponibles dans Parcoursup, soit environ un millier de plus que l’an dernier. On intègre par exemple les instituts de formation en soins infirmiers et les formations du travail social", confie la ministre de l'Enseignement supérieure, Frédérique Vidal.

Les élèves en terminale pourront ainsi réfléchir dès les vacances de Noël à leur souhaits d'orientation: 

"Les lycéens vont pouvoir dans un premier temps étudier l’offre de formation, notamment pendant les vacances de Noël. On fait aussi un effort de pédagogie pour expliquer ce qui se cache derrière certains sigles", explique la ministre.

Parcoursup fermera plus tôt

Un deuxième changement concerne la fermeture de la plateforme qui se fera bien plus tôt, le 19 juillet au lieu du 5 septembre. Cela permettra aux futurs étudiants d'obtenir une réponse plus rapidement.

Une autre nouveauté est en cours de finalisation: un système de réponse automatique. Finies, donc, les consultations quotidiennes sur la plateforme pour ne pas rater une proposition. Dès la fin des épreuves écrites du baccalauréat, les candidats pourront indiquer leur priorité qui sera automatiquement prise en compte si une formation est proposée. 

Face aux inquiétudes, Frédérique Vidal, insiste sur le fait que la plateforme a permis l'an dernier d'accueillir "27.000 jeunes de plus, dont 21 % de boursiers supplémentaires".

Jean-Baptiste Bourgeon (avec J.V)