RMC

Rétention des notes du bac: la difficile délibération des jurys

C'est le grand jour pour les lycéens. Ils sont 743.000 à attendre les résultats du bac, ce vendredi matin. Et ils les auront, malgré la grève des correcteurs, a promis Jean-Michel Blanquer. Mais les jurys de délibération jeudi ont eu parfois bien du mal à se tenir.

Le ministre de l'Education a demandé aux jurys de prendre en compte la note du contrôle continu. Il assure que cette solution sera "marginale", seuls "700 correcteurs" grévistes sur les 175.000 mobilisés pour l'examen retenaient encore "autour de 30.000 copies" sur les quatre millions à évaluer. Le collectif "Bloquons Blanquer", lui, parlait de 137.000 copies mercredi soir.

Mais la décision divise, car dans une minorité de cas certains candidats pourraient se retrouver indûment aux oraux de rattrapage à partir de lundi.

Donner des notes provisoires basées sur le contrôle continu, la mesure a fait bondir les correcteurs. Les jurys de délibération ce jeudi ont eu parfois bien du mal à se tenir.

"83 élèves avaient leurs notes complètes sur environ 280 élèves dans le jury"

Levées d'anonymat, absence de remontée de notes ou des notes saisies en catimini dans la nuit... Impossible de siéger ce jeudi dans certains jurys comme celui de Nicolas, professeur de sciences économiques et sociales à Villepinte.

"Il n’y avait que 83 élèves qui avaient leurs notes complètes sur environ 280 élèves dans le jury. Les collègues, ont voté une motion et ont refusé de statuer sur les élèves qui n’auraient pas toutes leurs notes".

"Le proviseur nous a dit de quitter la salle"

Situation tendue aussi à Toulouse. Marie a été expulsée du Jury où elle siégeait: "Le proviseur nous a dit de quitter la salle. Les deux présidents ont décidé après une grande concertation de ne pas présider le jury dans la mesure où l’atmosphère n’était pas assez sereine".

La solution inédite choisi par Jean Michel Blanquer de retenir la note du contrôle continu en cas de résultat manquant a mis le feu aux poudres. Inédit et injuste pour Samy qui a quitté son jury de délibération.

"Toutes les notes que les élèves n’auraient pas, devraient être comblées par des notes totalement artificielles, fausses, créées par des proviseurs. Le bac ne peut pas fonctionner normalement cette année".

Les enseignants grévistes l'assurent pourtant il suffisait simplement de décaler la publication des résultats du bac. Ils promettent déjà de poursuivre le mouvement à la rentrée.

Sophie Paolini et Bettina De Guglielmo (avec Caroline Petit)