RMC

Retour à l'école: "Les parents attendent toujours de savoir pour leurs enfants, c'est insupportable!"

Plus de 300 maires, dont Anne Hidalgo, viennent d'adresser une lettre au président de la République et au Premier ministre pour réclamer "solennellement" le report de la rentrée à septembre. Ils estiment qu'une rentrée le 12 mai est impossible à organiser.

Les parents vont-ils pouvoir déposer leurs enfants en classe ? La fille de Mika est en CM1. À une semaine du déconfinement, impossible de s'organiser. “Pour l’instant je n’ai aucune info. Le gouvernement devrait se manifester d’ici là et si ce n’est pas le cas, le 12 mai, j’irai frapper à la porte de l’école voir ce qu’il se passe”, indique-t-il.

Un silence ou voire même des consignes contradictoires des écoles preuve que le gouvernement est totalement perdu, dénonce Rodrigo Arenas, co-président de la FCPE.

“Les critères n’ont pas été fixés par le gouvernement et donc c’est chaque ville, chaque école, chaque conseil d’école qui décide de qui va rentrer à l’école. Et donc les parents sont encore en train aujourd’hui d’attendre le précieux sésame pour savoir si leurs enfants vont rentrer ou pas à l’école. C’est insupportable", assure-t-il. 

Pas de rentrée avant septembre ?

Plus de 300 communes d'Île-de-France réclament un report de la rentrée. Leur crainte: ne pas pouvoir mettre en œuvre des conditions sanitaires sérieuses. Pour Stéphane Beaudet, maire d'Evry-Courcouronnes et président de l'association des maires d'Île-de-France, le calendrier est irréaliste.

“On va savoir jeudi soir si on est en zone verte ou en zone rouge. C’est quand même très difficile de se retourner. Nous avons reçu un protocole sanitaire de l’Etat pour la réouverture des écoles qui est quand même très contraignant et donc les contingences dans des délais aussi courts sont très complexes pour tout le monde”, assure-t-il. 

Autre crainte de ces élus: être tenu pour responsable pénalement en cas de contaminations d'élèves ou d'enseignants dans leurs écoles.

À Saint-Etienne, le maire Gaël Perdriau demande lui aussi de repousser la date de la rentrée.

"On sait très bien que dans une école, maintenir un mètre et demi de distance entre les enfants, de vérifier le comportement de chacun, c’est illusoire. Et donc c’est faire prendre des risques importants aux personnels, aux enfants, aux parents. Organiser la classe comme si de rien n’était, pour moi, c’est irresponsable. Il serait plus sage de renvoyer tout ça au mois de septembre”, conclut-il. 
Cyprien Pézeril et Camille Schmitt avec Guillaume Descours