RMC

"Sans cette formation, je serai en prison, mort ou à la rue": comment Ben Younès est sorti du décrochage scolaire

Parmi les mesures du plan pauvreté du gouvernement, présenté ce jeudi par Emmanuel Macron, il y a une volonté de faire passer la scolarité obligatoire jusqu'à 16 ans. Le but: casser le décrochage scolaire.

Emmanuel Macron dévoile jeudi un plan très attendu de lutte contre la pauvreté, d'un montant de 8 milliards d'euros sur quatre ans, espérant lancer ainsi une nouvelle phase du quinquennat davantage axée sur le social.

Le chef de l'Etat entend avec ce plan "enrayer les inégalités de destin qui se perpétuent de génération en génération" et permettre aux gens de "sortir de la pauvreté". Parmi les mesures dévoilées: passer de la scolarité obligatoire jusqu'à 16 ans à une obligation de formation professionnelle jusqu'à 18 ans. 

RMC a rencontré Ben Younès, 17 ans. Dès le collège, le jeune homme n'avait qu'un objectif: quitter l'école le plus vite possible pour aider sa mère financièrement. 

"A 16 ans, plus d'école. Rien du tout, fini l'école. J'arrête et je veux travailler quelque part, je vais faire vendeur, caissier, peu importe. Je veux toucher de l'argent. Je voyais ma mère qui avait du mal à payer les loyers et je ne voulais pas être comme elle, à ne pas avoir de moyens, d'être dans la galère. Moi je ne veux plus de l'école, je veux de l'argent" raconte-t-il à notre micro.

Changement de vie

Mais sa mère refuse et l'envoie dans un lycée professionnel géré par la fondation des Apprentis d'Auteuil.

"Ca a changé ma vie. J'aime l'école maintenant. Je peux accéder au monde du travail plus facilement et ça nous permet de nous remettre droit. Tu n'aimes pas l'école? Tu veux travailler? C'est pas grave, tu vas faire moitié-moitié" sourit-il. 

Le jeune homme, désormais en 2ème année de CAP Vente, en est sûr: sans cette formation, "je serai en prison, mort ou à la rue. Pas autre chose. Ou alors j'aurai gagné à l'Euromillions, on ne sait pas".

A 17 ans, il veut maintenant continuer ses études et passer un bac pro en alternance.

Cécile Costes avec XA