RMC

Elections européennes: à Marseille, les Insoumis veulent une Europe "sous mandat populaire"

Alors qu'à Strasbourg, Edouard Philippe est allé soutenir Nathalie Loiseau, qu'à Cers dans l'Hérault Marine Le Pen était aux côtés de Jordan Bardella et que Laurent Wauquiez était avec François-Xavier Bellamy à Besançon, La France Insoumise resserrait elle aussi les rangs ce samedi.

Week-end de meetings à deux semaines des européennes. Jean-Luc Mélenchon était sur scène à Marseille ce samedi aux côtés de Manon Aubry, 29 ans, la jeune tête de liste de la France insoumise pour les européennes.

"Les défis qui nous attendent dépassent les frontières": les Insoumis et leurs alliés européens ont assuré incarner la seule alternative à l'UE actuelle en sortant des traités pour construire une Europe de paix "sous mandat populaire".

Oscillant entre 7% et 10% selon les sondages, La France Insoumise a du mal à faire décoller sa campagne alors qu'il y a deux ans, leur candidat à la présidentielle frôlait les 20%.

"C'est un être merveilleux qui apporte beaucoup"

Un meeting avec Jean-Luc Mélenchon en vedette, omniprésent jusque sur les affiches quitte à éclipser la vraie tête de liste, Manon Aubry. Mais les provocations du chef des Insoumis ne semblent pas décourager les militants.

A Marseille, ils sont quelques centaines de militants à avoir répondu à l’appel du député des Bouches-du-Rhône et Manon Aubry la tête de liste LFI. Et comme pour Claire, quand on parle de Jean-Luc Mélenchon l’avis est unanime.

"J’entends beaucoup de gens qui me disent, la France insoumise oui, mais pas Mélenchon. Moi, ça me fait mal à chaque fois parce que c’est un être merveilleux qui apporte beaucoup. Il a ses défauts, il est ce qu’il est, mais ce n’est pas important".

"Au-delà de Jean-Luc Mélenchon, on participe au succès d’un projet politique"

Du côté des représentants de LFI on fait front commun avec, comme souvenir, les 19,58% de voix cumulées par JLM aux élections de 2017, affirme Manon Aubry tête de liste LFI.

"Vous savez, au-delà de Jean-Luc Mélenchon, je crois qu’on participe au succès d’un projet politique. Il est soutenu par des gens qui partagent l’ambition écologique qui est la nôtre, partagent la nécessité de justice fiscale. Maintenant, il faut les traduire politique, c’est un enjeu mais je crois que cette élection du 26 mai en donne une formidable opportunité".

Faute d’avoir pu rassembler, il va désormais falloir batailler avec les autres formations de gauche.

Samia Belbachir (avec Caroline Petit)