RMC

"Elles sont les premières à avoir affronté la crise et en sont les premières victimes": une association vient au chevet des mères isolées

-

- - -

L'association MaMaMa vient en aide aux mères de familles isolées, alors que les femmes sont plus vulnérables face à la crise.

Ce 8 mars, comme chaque année, c'est la journée internationale des droits des femmes. Des femmes particulièrement vulnérables face à la crise sanitaire qui nous touche, notamment les mères isolées. C'est ce que constatent quotidiennement les membres de l'association MaMaMa... association créée il y a près d'un an en Seine-Saint-Denis par quatre femmes qui ont décidé de venir en aide à ces mamans qui vivent dans la précarité avec leurs enfants. Objectif : aider ces mères à nourrir et habiller leurs enfants. 

À l'abri des regards dans cette rue de Saint-Denis, un immense entrepôt abrite tout ce qu'il faut pour les mamans: "Il y a des vêtements pour les enfants, des vêtements pour elles, des produits d'hygiène". Anne-Sophie est bénévole, elle s'active parmi les étagères: "Elles repartent avec une aide assez complète. C'est gratifiant pour les bénévoles et les mamans". 

De l'autre côté du hangar, un petit salon improvisé accueille ces femmes. Fatouman est maman de deux garçons. Sa famille vit dans une petite chambre d'hôtel, faute de mieux: "Avec le premier confinement ça n'a pas été facile. Lorsque l'on vient ici, on sent une main tendue pour nous et ça nous réjouit".

>> A LIRE AUSSI - Egalité femmes-hommes: le gouvernement a-t-il tenu ses promesses?

"Elles sont les premières a avoir affronté la crise, en tant qu'aide-soignante, infirmière ou femme de ménage"

Pour ces colis solidaires, Farah reçoit jusqu'à 100 demandes par jour. Cette bénévole sent que ces mamans ont besoin aussi de se confier: "Elles me parlent beaucoup de leur situation, du chômage partiel. On a tous une maman donc on a tous un peu envie de s'engager, cela nous affecte tous directement ou indirectement".

Et la crise sanitaire isole ces femmes déjà précaires. Dès le premier confinement Magali l’a compris. Elle a lancé le projet avec 3 autres fondatrices: "Il y a vraiment une précarité très spécifique des femmes. Les femmes sont les premières victimes, elles sont les premières a avoir affronté la crise, en tant qu'aide-soignante, infirmière ou femme de ménage, les femmes que l'on applaudissait il y a peu de temps mais qui n'arrivent pas à s'en sortir".

Et l'association a besoin de bras et de dons. Cette année, elle devrait ouvrir plusieurs antennes en France. Un appel aux dons de produits destinés aux mamans a été lancé. Toutes les informations pour faire des dons sur leur site internet.

>> A LIRE AUSSI - Caroline de Haas dénonce sur RMC: "Quand on voit comme la Justice nous crache à la figure quand on est victime de viol..."

Maryline Ottmann (avec G.D.)