RMC

Grand débat: "Philippe Poutou est hargneux mais François Fillon s’en est bien sorti" selon Bernard Debré

Philippe Poutou s’en est pris frontalement à François Fillon lors du grand débat télévisé, mardi soir sur BFMTV et RMC. Le candidat du NPA n’a pas hésité à évoquer les ennuis judiciaires du vainqueur de la primaire de la droite. Une attitude agressive et condamnable, estime le député LR de Paris Bernard Debré.

Bernard Debré, ancien ministre de la Coopération sous le gouvernement Édouard Balladur, député de Paris et soutien de François Fillon:

"Pouvait-on s’attendre à autre chose de la part de Philippe Poutou? Il a été agressif et surtout pas très présent. Quand on l’interrogeait par exemple, il se retournait parce qu’il y avait quelqu’un derrière lui. Je l’ai trouvé désagréable et égal à lui-même.

Quelques fois, comme Nathalie Arthaud, il disait des choses qui cadrent parfaitement avec ce qu’il représente: quelqu’un de très communiste et révolutionnaire. Quand on l’entend en dehors des émissions, il est toujours hargneux, et puis il ne représente pas grand-chose. C’est un homme qui est agressif, qui dit que tous les politiciens sont corrompus. C’était tellement dans ce qu’on attendait. Il disait des méchancetés sur tout le monde.

"Il n’a pas de stratégie"

Il n’a pas de stratégie. Il dit lui-même qu’il ne compte pas être Président. Il veut simplement dire des méchancetés sur tout le monde, c’est tout. Et ce qu’il déclare est nébuleux et fumeux. Ce qu’il a dit contre François Fillon était déplacé mais c’est du Philippe Poutou, ça ne m’a pas frappé outre-mesure.

Ça m’a choqué mais c’était dans ses normes. On ne peut pas attendre de lui qu’il sorte un programme, des choses sur le fond. Il n’a rien à dire de particulier, il répète, il répète, il répète. Ce n’est pas comme ça je conçois la politique mais il est dans son rôle. Je m’y attendais au vu du personnage.

"Une passe d’armes stupide"

Lors de cette partie du débat, j’ai trouvé que François Fillon était bon, c’était un homme d’Etat. Certes, il a été un peu agacé par un certain nombre de contradicteurs et notamment choqué à juste titre de l’attitude de Philippe Poutou

Il a eu raison, c’était normal de dire au candidat du NPA qu’il voulait lui faire un procès. C'était une passe d’armes stupide. François Fillon s’en est bien sorti, il était agacé par l’attitude de Poutou et a réagi normalement et sereinement."'

Propos recueillis par Julie Breon