RMC

"Il y avait plus de flics que nous": la "nuit jaune" peu suivie samedi soir

Après une dispersion agitée du cortège principal des "gilets jaunes" place de la République à Paris en fin d'après-midi, une petite centaine seulement sont revenus pour le 2e "nuit jaune".

A Paris, des heurts ont éclaté samedi entre manifestants et forces de l’ordre à l'arrivée du cortège des "gilets jaunes" place de la République, là où le cortège devait se disperser. Trente trois manifestants ont été interpellés selon la préfecture de police. Le calme est revenu vers 18h30, après qu'une une grande partie des manifestants ait été évacuée de la place. C'est là, et à ce moment-là que devait se tenir la 2e "nuit jaune", entre 17h et 22h.

L'événement avait été annulé la semaine précédente à cause des heurts. Samedi soir, il a bien eu lieu, même s'il n'a pas eu le succès espéré par les organisateurs.

Des manifestants sont tout de même revenus sur la place après avoir été évacués. C’est le cas de Jean-Bapiste: "Tout le monde chante, il y a de la musique donc ça se passe bien. C'est déclaré, donc on est mobilisés."

"Suite à la dispersion je comprends les gens qui préfèrent rentrer chez eux que de se retrouver au milieu de bombes lacrymogènes"

Il étaient là, mais ils étaient peu. Une petite centaine selon Jean-Christian Valentin, un des organisateurs de cet événement lancé sur les réseaux sociaux.

"Suite à la dispersion je comprends les gens qui préfèrent rentrer chez eux que de se retrouver au milieu de bombes lacrymogènes. Mais les plus résistants comme nous, on va revenir et garder cette place."

"C'est plutôt 'nuit bleue'"

Grégoire, venu manifester avec son père, a trouvé un autre surnom à cette soirée particulière. "C'est plutôt nuit bleue, car il y a plus de flics que nous donc bon...".

Ils ont finalement décidé en début de soirée de ne pas rester. "J'aurai bien aimé rester, mais de toutes façons je ne me faisais pas d'illusions je sais que lorsqu'il s'agit d'une manifestation des 'gilets jaunes', c'est vite dispersé même quand c'est autorisé."

Cette faible mobilisation ne décourage pas les organisateurs de la "nuit jaune". En effet, une 3e édition est prévue pour samedi prochain.

Bettina de Guglielmo (avec James Abbott)