RMC

Les sympathisants d'extrême droite sont plus dans la culture porno

Dis-moi pour qui tu votes, je te dirais quelles sont tes pratiques sexuelles. Une enquête Ifop pour le réseau social libertin Wyylde, dont RMC dévoile ce mardi les résultats, montre que sympathisants d'extrême gauche et d'extrême droite sont également à l'opposé pour ce qui est de leur comportement sexuel.

Nos convictions politiques influent-elles sur nos pratiques sexuelles? Ou l'inverse? Oui, à en croire une enquête Ifop pour le réseau social libertin Wyylde, dont RMC vous révèle ce mardi les conclusions. Selon cette étude, les expériences sexuelles et les comportements politiques ont en commun d'être des pratiques étroitement dépendantes des caractéristiques sociales des individus. "L'idée, c'était de voir si certains électorats étaient plus traditionalistes et d'autres plus avant-gardistes", explique François Kraus, directeur des études politiques à l’Ifop, invité de Bourdin Direct.

"Deux fois plus d'échangistes chez les sympathisants d'extrême gauche"

Ainsi, on apprend que les sympathisants d'extrême gauche sont plus libertaires sur le plan sexuel que les autres. "Il y a des normes en matière de sexualité - l'hétérosexualité, la conjugalité… - et on voit que plus les Français ont des positions très libérales et libertaires, plus ils s'affranchissent de ces normes".

"Ça se voit sur les pratiques de l'échangisme: la proportion d'échangistes chez les sympathisants d'extrême gauche est deux fois plus élevée que chez les sympathisants d'extrême droite". Pour François Kraus, cela vient de leur "conception" qui "favorise le partage et l'échange".

"Les sympathisants d'extrême droite sont moins dans la culture féministe"

Du côté des sympathisants de l'extrême droite, "on pratique une sexualité plus violente".

"Ces personnes sont très décomplexées. Ce sont des gens plutôt jeunes, urbains, peu diplômés, et peu influencés par la religion. Il y a un côté 'si je transgresse le politiquement correct au niveau politique, je peux aussi le transgresser au niveau sexuel'".

Concrètement, explique François Kraus, "les sympathisants d'extrême droite, qui sont moins dans la culture féministe, se laissent aller à des pratiques plus hard, issus de la culture porn".

P. Gril avec JJ. Bourdin