RMC

"Je suis interdite de vivre normalement": Nabela, coincée dans un logement inadapté à son handicap

Nabela, une femme de 42 ans victime d’un handicap causé par un accident de voiture, avait été relogée dans un nouvel appartement censé être adapté à ses difficultés de déplacement, après avoir alerté l’équipe de RMC s’engage pour vous sur sa situation. Mais aujourd’hui encore, la galère continue pour Nabela au sein de son nouveau logement.

Depuis maintenant sept ans, la vie de Nabela a changé. Victime d’un grave accident de voiture, elle en ressort avec son bras droit et sa jambe droite paralysés. Obligée de se déplacer en fauteuil électrique, Nabela parvient à emménager dans un premier logement PMR (Personnalités à mobilité réduite).

Toutefois, le logement se trouve être beaucoup trop petit pour Nabela et son fauteuil. La salle de bain est inaccessible et ne peut donc pas prendre de douche. Les couloirs sont trop étroits et ne peut donc faire de demi-tour avec son fauteuil, et ne peut même pas sortir de son appartement.

"Je suis toute la journée dans le lit, je me sens enfermée. J'ai l'impression d'avoir commis un crime et d'être en prison. Et encore, là-bas je pense qu'ils ont droit à leur douche et à leur sorties. Donc il y a un moment où, oui, c'est très dur"

Le bailleur de Nabela, 3F, qui se présente comme le numéro un du logement social, avait alors eu quelques difficultés à la reloger. Mais après l’intervention de RMC s’engage pour vous, 3F avait finalement pu trouver un logement à Nabela.

En mars 2022, elle emménage donc dans ce nouvel appartement censé, cette fois-ci, être totalement adapté à son handicap…

Le bailleur reconnaît la nécessité de travaux

Toutefois, la situation de Nabela n’est pas réglée. Si elle peut désormais entrer et sortir de son nouvel appartement, Nabela explique que le logement est encore trop étroit.

La salle de bain est "quasi inutilisable, puisque la douche n’est pas adaptée". Mais ce n’est pas tout. "Les toilettes sont à la mauvaise hauteur, donc ça pose de grandes difficultés et ça me met en danger à chaque fois que je dois m’y rendre", poursuit-elle.

"J’avais plein d’espoir, je me disais que j’allais pouvoir reprendre mes soins, et une vie un petit peu plus normale. Mais la réalité, c’est que non, on n’y est pas. Je me sens toujours autant frustrée, autant interdite de vivre normalement".

Nabela a donc contacté de nouveau son bailleur, en lui soulignant qu’il faut la "déménager de manière urgente” car elle “ne peut pas revivre ce calvaire encore des années. Ils se sont engagés, il faut qu’ils aillent au bout de leur engagement".

L’équipe de RMC s’engage pour vous a recontacté le bailleur, 3F, qui assure suivre ce dossier de très près et tout faire pour satisfaire Nabela. Des géomètres et des huissiers sont notamment venus au domicile de Nabela le mois dernier pour prendre des mesures dans l’appartement.

Un rapport doit être rendu bientôt, mais le bailleur reconnaît déjà que des travaux sont nécessaires dans la salle de bain pour la rendre conforme aux besoins de Nabela.

Cependant, ces actes ne seront pas suffisants à ses yeux. Elle demande à être relogée dans un appartement où elle a la place de se déplacer librement avec son fauteuil.

Joanna Chabas avec Alexis Lalemant