RMC

Otages français libérés: le récit de l'opération militaire

Ils sont attendus en fin de journée: les deux otages français libérés dans la nuit de jeudi à vendredi dans le nord du Burkina Faso devraient atterrir ce samedi 11 mai vers 18 heures à l'aéroport militaire de Villacoublay dans les Yvelines.

Patrick Picque et Laurent Lassimouillas, avaient été enlevés le 1er-Mai dernier pendant un séjour touristique au Bénin. Leur trace, s'était arrêtée dans le parc national de la Pendjari dans le nord du pays où leur guide avait été retrouvé mort.

Un hommage sera rendu aux deux militaires tués

En tout, au cours de l'intervention menée par les forces spéciales françaises, quatre otages ont été libérés. Ces deux Français ainsi qu'une Américaine et une Sud-coréenne: deux otages étrangers dont la présence à cet endroit n'était pas connue.

Une opération de libération qui a coûté la vie à deux militaires français, le maître Cédric de Pierrepont et le maître Alain Bertoncello, membres du commando marine Hubert, unité d'élite de la Marine française. Un hommage présidé par le Chef de l'Etat leur sera rendu mardi aux Invalides.

Grace aux renseignements recueillis par des militaires déployées au Mali, une "opération discrète le 7 mai", a permis d'établir "une traque très précise des ravisseurs sur un espace qui représente plus de la moitié de la France". Conduite par la force française Barkhane, l'opération de sauvetage était complexe,

Une opération de sauvetage très complexe

Les forces spéciales françaises dans le nord du Burkina Faso n'avaient qu'une seule occasion pour intervenir: il fallait attendre que les ravisseurs et leurs proies, fassent une halte pour pouvoir rentrer en action. Impossible d’agir quand le convoi est mobile.

Les ravisseurs ont fait un arrêt en territoire burkinabè, sans doute la dernière opportunité avant le transfèrement des otages au Mali. Une fois l'opération définie et validée, d'importants moyens sont prépositionnés dans la zone d’intervention.

A la nuit tombée, les commandos entament alors a pas de loup leur infiltration jusqu'aux 4 abris qui forment le bivouac des ravisseurs. L’assaut est déclenché et c'est à cet instant, que les deux militaires Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello sont tué par deux assaillants.

Les forces françaises découvrent ensuite la présence de quatre otages et non de deux. Quatre des six ravisseurs ont été tués pendant l'opération, les deux autres ont pris la fuite.

Bettina de Guglielmo (avec Caroline Petit)