RMC

A Marseille, 500 soignants appellent la population à se faire vacciner

Les services de réanimation sont saturés à Marseille, occasionnant notamment des transferts de patients vers d’autres régions.

500 médecins des hôpitaux publics de Marseille appellent à la vaccination face à l’arrivée du variant Omicron. "Faites-nous confiance" disent-ils aux réfractaires dans une tribune publiée lundi dans La Provence.

Aujourd’hui, les Bouches-du-Rhône est l'un des départements où le taux d’incidence est le plus élevé de France et Marseille, la ville où le taux de vaccination est le plus faible.

Le professeur Marc Léone dirige le service de réanimation de l’hôpital nord de Marseille. Il est l’un des premiers signataires de l’appel lancé aux non vaccinés.

“Vous nous faites confiance pour vous faire opérer, pour vos maladies chroniques, donc faîtes nous confiance si on vous dit d’être vacciné, c’est que c’est bien pour vous. Il y a eu beaucoup de désinformations autour de cette vaccination et je pense vraiment que le fait que 500 médecins de cette ville aient signé cet appel doit renforcer la confiance de la population dans la vaccination qui permettrait de retrouver une activité normale”, assure-t-il.

Saturation des réanimations

Cette activité “normale”, Jonathan Racouchot, infirmier en réanimation, aimerait bien lui aussi la retrouver.

“Cette non-vaccination nous pèse parce que ce qu’on voit en réanimation ce ne sont que des patients non-vaccinés. Donc c’est triste de devoir répéter tout le temps la même chose. Après, on est là pour les soigner qu'ils soient vaccinés ou non, donc on fait notre travail, mais c’est vrai que ça peut être un peu difficile psychologiquement”, précise-t-il.

>> A LIRE AUSSI - Quels sont les symptômes du variant Omicron?

D’autant que, comme beaucoup d’autres soignants, Jonathan Racouchot accumule une surcharge de travail depuis le début de la pandémie.

“On fait des heures supplémentaires, surtout que là, on ouvre encore des lits de réanimation pour des patients covid parce qu’on est en surtension. Les réanimations sont pleines, la semaine dernière, on a encore envoyé un patient à Metz faute de place. Donc je suis vraiment à 100% pour la vaccination pour essayer d’arrêter ce virus et qu’il n’y ait pas de sixième ou septième vague”, appuie-t-il.

À Marseille, 70% des opérations non-vitales ont déjà dû être déprogrammées pour faire de la place aux patients atteints du Covid-19.

Lionel Dian avec Guillaume Descours