RMC

A Montreuil, le service de réanimation de l'hôpital André Grégoire en alerte maximale

100% des lits sont occupés par les patients covid. Faute de personnel, six chambres de réanimation sont fermées.

Près de 30.000 cas de Covid-19 recensés en 24 heures. La circulation du coronavirus ne faiblit pas. 85 personnes sont mortes dimanche et le taux de positivité atteint 13,2%. À l'hôpital André Grégoire de Montreuil, le service de réanimation est en alerte maximale. 100% des lits sont occupés par les patients covid. La deuxième vague est belle et bien là. Et les soignants sont très inquiets. Ce ne sont pas les lits qui manquent, mais le personnel. 

Laura est venue rendre visite à son père, hospitalisé en réanimation depuis le 14 septembre. Sa chambre est l'une des douze que compte le service. Douze lits occupés par des patients covid. “De voir toutes les chambres occupées, des gens qui sont comme mon papa, je ne m’y attendais pas”, confie la jeune femme. 

Plus loin dans le couloir, c'est l'heure de prendre des nouvelles d'un patient de 72 ans intubé depuis peu. Jennifer est infirmière dans ce service. Et elle serre les dents face à l'afflux de patients.

“On y va, on est là. On fait notre travail, on ne l’a pas choisi pour rien, on le fait avec passion, mais c’est vrai que c’est compliqué en ce moment”, indique-t-elle. 

Un manque criant de personnel

Depuis une semaine des patients covid sont, chaque jour, transférés dans d'autres hôpitaux d'Île-de-France. Car à Montreuil, six chambres de réanimation sont fermées faute de personnel. Au plus fort de la première vague, les effectifs atteignaient le double de ce qu'ils sont aujourd'hui. 

“Il y a un manque criant d’infirmières, d’aides-soignants, parce qu’il y a des gens qui sont partis, d’autres qui sont en congé maladie. A l’heure actuelle je ne vois pas comment on pourrait remonter autant en charge que ce qu’on a fait en mars-avril”, assure Vincent Das, chef du service de réanimation.

Quant à l'efficacité d'un couvre-feu, le docteur Das refuse de se prononcer. Avant d'ajouter, “J'espère juste que cela suffira”.

Benoît Ballet et Juliette Pietraszewski avec Guillaume Descours