RMC

Après 30 ans, Laetitia veut arrêter de fumer: "Beaucoup de personnes vont y arriver grâce au remboursement"

Les gommes et les patchs anti-tabacs bientôt remboursés comme les autres médicaments. Les fumeurs qui décident d'arrêter ne devront plus avancer les frais de leurs traitements de substitution, car les coûts sont aujourd'hui énormes. Reportage RMC à Lyon.

Après 30 ans passés à fumer un paquet de cigarettes par jour, Laetitia, 47 ans, a décidé d'arrêter. Mais sa volonté s'est heurtée à un problème financier: "Le budget que j'ai mis était de 250 euros par mois. Donc au bout de trois mois, les moyens n'ont pas suffit et j'ai dit stop".

Les gommes et les patchs anti-tabac seront bientôt remboursés comme les autres médicaments. C'est l'une des annonces du plan de prévention santé présenté par Edouard Philippe. Les fumeurs ne devront donc plus avancer les frais de leurs traitements de substitution.

"J'attends que la Sécu me rembourse pour pouvoir acheter mes patchs"

Aujourd'hui, un forfait d'aide au sevrage était en place: 150 euros par an. Insuffisant pour Laetitia, qui devait d'abord avancer les frais. Elle n'y voit donc que des avantages: "Côté financier, on tend l'ordonnance, on nous donne les patchs et on rentre chez soi. On est pas là à se dire 'oh la la, j'ai un trou dans le budget, j'attends que la Sécu me rembourse pour pouvoir acheter mes patchs': ça, c'est super important pour arriver à être sevrer. Je pense qu'il y a beaucoup de personne qui arrêteront grâce à ce remboursement".

A terme, la mesure doit permettre de réduire les dépenses de santé liées au tabagisme. Le docteur Dominique Triviaux est tabacologue à Lyon: "Si on arrive à réduire l'impact du tabagisme sur l'ensemble des maladies cardiovasculaires, les cancers, les maladies respiratoires, il est sur qu'il y aura une réduction des coûts pour la Sécurité Sociale".

Gwenaël Windrestin et X.A