RMC

Comment AstraZeneca a-t-elle pu "cacher" 29 millions de doses de vaccins en Italie?

AstraZeneca aurait caché des millions de doses de vaccins en Italie pour les exporter ensuite au Royaume-Uni, selon la presse italienne.

C’est le quotidien La Stampa qui révèle cette information. 29 millions de doses stockées ont été retrouvées dans une usine de la banlieue de Rome où les vaccins sont mis en flacon, pour ensuite livrer les Britanniques dans le dos de l'Union européenne. 29 millions, soit presque autant que l’ensemble des livraisons d’AstraZeneca en Europe depuis janvier.

Ce sont des inspecteurs de l’UE qui ont mis la main sur ce trésor, missionnés par le commissaire à l’industrie, Thierry Breton, qui voulait vérifier le volume de production réel d’AstraZeneca sur le continent.

 Pour les Européens, ces millions de doses viennent d’une usine néerlandaise, qui confie le flaconnage aux Italiens, et elles étaient donc destinées à l’exportation vers le Royaume-Uni. 

>> A LIRE AUSSI - Pourquoi la tension monte entre l'Europe et la Russie autour du vaccin Spoutnik V

La Commission européenne sceptique

Réponse d’AstraZeneca dans un communiqué: il n’est pas correct de parler d’un stock sur ces 29 millions de doses, dit l’entreprise, 13 étaient réservées aux Européens, et 16 aux pays les plus pauvres du monde. Mais devant ces dénégations, la Commission européenne se montre sceptique.

Sceptique, parce que depuis le début, AstraZeneca a du mal à tenir ses engagements. Et c’est un euphémisme. Sur les 120 millions de vaccins promis, un tiers seulement a pour l’instant été livré à l'Union européenne. Inacceptable, s’agace Bruxelles, pas de chance, répond le laboratoire, qui invoque une cascade de problèmes technologiques et logistiques. 

Reste que l’Europe, là aussi, a du mal à y croire. L’usine néerlandaise n’a toujours pas reçu la certification officielle de l’agence européenne du médicament, Nicolas Poincaré nous en avait parlé ici même la semaine dernière. 

La nouveauté, c’est que les Européens suspectent ouvertement AstraZeneca de ne pas avoir sollicité cet agrément pour ne pas avoir à livrer ses vaccins aux pays de l’UE.

"Chantage"

En clair, faire traîner les procédures pour fournir le Royaume-Uni en priorité. Bruxelles envisage de bloquer d’autorité toutes les exportations. La crise sanitaire se doublerait alors d’une crise diplomatique avec l’Angleterre. 

Preuve de la tension: ce vendredi, la France a accusé vendredi le Royaume-Uni d'exercer un "chantage" sur les livraisons de vaccin AstraZeneca parce qu'il a un "problème" de stocks pour l'administration de la deuxième dose aux Britanniques déjà vaccinés une fois. 

"On ne peut pas jouer comme cela un peu au chantage dans la mesure où on a voulu vacciner à tour de bras (pour) la première dose et on se trouve un peu handicapé pour la seconde. L'Europe n'a pas à faire les frais de cette politique-là", a déclaré le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian.

Selon les dernières données, le Royaume-Uni a vacciné avec deux doses environ 5,3% de sa population adulte et la France 5%.

Louis Amar