RMC

Coronavirus: un labo chinois trouve un vaccin efficace chez le singe

Un vaccin expérimental chinois efficace sur des singes

Un vaccin expérimental chinois efficace sur des singes - AFP

Un laboratoire chinois a vanté ces derniers jours les mérites d'un vaccin expérimental contre le coronavirus. Selon les chercheurs, il aurait prouvé son efficacité sur les singes testés en l'espace d'une semaine.

Faut-il voir un motif d'espoir pour les chercheurs? Un laboratoire chinois a publié le 19 avril les résultats encourageants d'un vaccin expérimental testé sur des singes.

Selon les chercheurs du géant pharmaceutique Sinovac Biotech, la vaccin en question aurait "largement protégé" les animaux contre le nouveau coronavirus. 

Aucune trace détectable du virus après sept jours

Administré à huit macaques rhésus, qui ont ensuite été artificiellement contaminés trois semaines plus tard, le vaccin utilise des agents pathogènes inertes du virus à l'origine de la maladie Covid-19.

"Les quatre macaques qui ont reçu le vaccin à haute dose n'avaient aucune trace détectable du virus dans les poumons sept jours après leur contamination", assure le laboratoire, qui a publié ces résultats le 19 avril sur le site bioRxiv.

Les quatre autres singes, à qui le vaccin a été administré à moins forte dose, ont bien eu des traces du virus dans leur organisme mais ont réussi à résister à la maladie. Les résultats de cette étude doivent encore être examinés par des chercheurs indépendants avant d'être validés par la communauté scientifique.

Un laboratoire habitué à lutter contre le Sras

Sans être encore avéré, l'efficacité supposée de ce vaccin expérimental a suscité de nombreuses réactions auprès de plusieurs virologues mondiaux. "La question est de savoir si cette protection dure longtemps", observe l'immunologiste Lucy Walker, de l'University College à Londres.

"Il s'agit des premières données pré-cliniques sérieuses que je vois à propos d'un vaccin expérimental", a commenté sur Twitter le virologue Florian Krammer, de l'Ecole Icahn de médecine à New York. Le médecin américain a également rappelé que Sinotech avait déjà donné naissance à un vaccin contre le Sras par le passé et avait déjà lancé une phase de tests pour son vaccin expérimental. Des essais cliniques sont également lancé en Allemagne au sein d'un autre laboratoire.

Invité de RMC ce lundi, le président de Sanofi France a de son coté estimé qu'il faudrait encore attendre près de deux ans avant d'avoir un vaccin pour lutter contre le coronavirus.

"On aura un vaccin dans 18 à 24 mois", a même affirmé Olivier Bogillot lors de son passage dans Bourdin Direct. La recherche avance mais la route vers le vaccin est encore longue.

JGL avec l'AFP