RMC

Covid-19: ces nouveaux départements qui vont entrer dans la liste de la "surveillance renforcée"

Alors que 20 départements ont été placés "sous surveillance renforcée" jeudi dernier, le Premier ministre va annoncer de nouvelles mesures drastiques.

A qui le tour? Ça passe pour Paris et sa région, mais le Pas-de-Calais n'échappera pas au confinement le week-end: face à l'épidémie de Covid-19 qui ne ralentit pas et la tension dans les hôpitaux, le gouvernement doit annoncer de nouvelles mesures restrictives jeudi.

"Nous constatons de fortes tensions sur le système hospitalier, une hausse du nombre de cas mais pas une explosion, sans homogénéité territoriale (...) Mais un confinement national ou le week-end n'est pour nous qu'un dernier recours", a expliqué une source gouvernementale, sans même attendre la conférence de presse du Premier ministre Jean Castex jeudi.

Selon cette source gouvernementale, ces restrictions vont être appliquées dans ces départements, au cas par cas et en concertation avec les élus locaux, visant en particulier les lieux de brassage. 

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: comment Paris et l'Ile-de-France ont échappé au confinement le week-end (pour le moment)?

"Pas encore en situation de crise"

Enfin, Jean Castex présentera une nouvelle carte de l'épidémie: l'Aube, les Alpes-de-Haute-Provence et les Hautes-Alpes pourraient passer sous surveillance renforcée. "Certains départements vont entrer dans la liste", glisse un conseiller de Matignon à RMC. 

Dans les Hautes-Alpes, le taux d'incidence a connu une forte hausse ces derniers jours, et dépasse désormais une bonne partie des départements déjà sous surveillance. 

"On n'est pas encore en situation de crise au niveau hospitalier" se rassure une députée locale. Mais elle craint une dégradation dans les prochaines semaines, après le passage de nombreux touriste dans le département pendant les vacances de février. 

D'autres départements ont, eux aussi, des chiffres alarmants, comme l'Aube, l'Aisne et les Alpes-de-Haute-Provence ou la Moselle. 

A l'inverse certains départements devraient quitter la zone d'alerte maximale. Le Rhône et la Drôme par exemple présentent des signes d'amélioration, notamment sur le taux d'incidence.

Romain Cluzel avec Xavier Allain