RMC

Covid-19: l’appel des restaurateurs à ouvrir lundi midi sera-t-il suivi?

RMC
Pour protester contre la fermeture de leurs établissements, des restaurateurs appellent à ouvrir symboliquement lundi midi. Ils veulent alerter sur le désarroi de la profession, alors qu'aucune date de réouverture n'a encore été annoncée. Mais les protestataires risquent gros et le ministère de l'Economie réfléchit à de nouvelles sanctions efficaces.

Combien seront-ils à ouvrir symboliquement lundi midi pour protester contre leur fermeture depuis des mois? Les restaurateurs de France, à l'appel des collectifs "Les Ultras Essentiels" et "Rest'ouvert", sont invités à retourner aux fourneaux pour un service de midi. 

Avec cette mobilisation, ils veulent alerter sur le désarroi de la profession, alors qu'aucune date de réouverture de ces commerces n'est encore annoncée, et bien que les salariés et patrons du secteur bénéficient toujours d'aides de l'Etat.

Amende, fermeture administrative et retrait des aides

"On ne sera pas 50.000 à ouvrir nos établissements", reconnait un des restaurateurs à l’origine de l’initiative. En effet, les risques sont importants et cela peut couter cher, s'inquiétait dimanche soir un représentant patronal du secteur.

"Entre les amendes, une éventuelle fermeture administrative, ou le retrait des aides accordées par l'Etat, on n'encourage pas du tout à désobéir", concluait ce syndicaliste.

Ces restaurateurs risquent jusqu'à deux mois d'emprisonnement et 3.750 euros d'amende, mais aussi des poursuites, notamment pour "mise en danger de la vie d’autrui", ce qui est passible de 15.000 euros d’amende et d’un an d’emprisonnement.

Le Ministère de l'économie réfléchissait encore dimanche soir à des sanctions efficaces contre les restaurateurs qui braveraient les règles sanitaires. Mais si certains ont renoncé, d'autres se sont adaptés.

Dans le Doubs ou en Vaucluse par exemple, des restaurateurs ont déposé une déclaration de manifestation en préfecture. Des manifestations autorisées au cas par cas qui permettront à ces professionnels de servir des repas à emporter à leurs clients, à l'extérieur du restaurant, le tout, sous la surveillance, au moins ponctuelle, des forces de l'ordre.

LL