RMC

Covid-19: le conseil scientifique préconise la création de bulles sociales

Le conseil scientifique préconise la création de bulles sociales qui consiste à déterminer un nombre de personnes que chaque Français aurait le droit de côtoyer en dehors du foyer. Une mesure préconisée par le Conseil scientifique.

Parmi les propositions évoquées et qui pourrait être mis en place par le gouvernement dans les prochaines semaines, l’instauration d'une bulle sociale. Il s'agirait de déterminer un nombre de personnes que chaque Français aurait le droit de côtoyer en dehors du foyer, pour limiter les contacts et donc la propagation du virus. Ce système existe déjà en Belgique, et l'Angleterre s'apprête à son tour à interdire les rassemblements de plus de 6 personnes. 

Une mesure préconisée par le Conseil scientifique, mais qui ne fait pas l'unanimité, la location de la salle pour recevoir famille et amis, le traiteur. Tout est prêt pour les 18 ans de la petite sœur de Florine le mois prochain. Mais si les règles de regroupement se durcissent, cette étudiante a bien conscience que la fête ne pourra pas avoir lieu. 

“Ma petite sœur serait la première à être déçue. Tous les gens qu’on a invités ne pourront pas participer à la fête. On fera ça en petit comité autour d’un gâteau. Mais bon, c’est un effort à faire pour le bien tout le monde”, indique-t-elle. 

Des Français réticents

Mais limiter drastiquement ses contacts sociaux, ça paraît compliqué pour Rachel... Cette professeure de français ne voit pas bien comment mettre en place cette bulle sociale. “Qui choisir ? Est-ce qu’on ne va pas vexer certaines personnes ? Je fais attention et j’estime que je n’ai pas forcément besoin qu’on m’impose des règles supplémentaires”, appuie-t-elle. 

Une bulle sociale d'accord, mais elle doit être déterminée au cas par cas, selon Agnès Giannotti, vice-présidente du syndicat des médecins généralistes MG France. 

"Nous, on plaide pour une consultation spécifique ou on va prendre le cas particulier de chacun et discuter avec elle de qui elle peut voir à quelle condition. Donc c’est ça qui est intéressant, c’est de voir la réalité et l’applicabilité des choses comme ça”, assure-t-elle. 

Elle estime par ailleurs qu'il sera difficile de contrôler le nombre de personnes côtoyées régulièrement par chaque Français.

Camille Schmitt avec Guillaume Descours