RMC

Dérivé de cannabis distribué en France: "Tous les jours on m’en demande"

Le CBD est un dérivé du cannabis, un cannabinoïde commercialisé en France depuis plusieurs mois sous la forme de liquide à vapoter. S'il bénéficie pour l'instant d'un vide juridique, l'Agence du médicament rappelle que ses effets sur la santé ne sont encore pas complètement connus. Pourtant, il attire déjà des adeptes de tout horizon.

Avec une teneur en THC ne dépassant pas la dose autorisée (0,2%), le CBD, dérivé du cannabis, n’est pas considéré comme un stupéfiant et peut être vendu en France pour l’instant. Commercialisé depuis plusieurs mois dans l’hexagone, il ne crée pas de "défonce" mais ses consommateurs en apprécient le côté "planant" et antidouleur.

En attendant que les autorités légifèrent, les commerçants en profite car le CBD cartonne. Dans une boutique de cigarette électronique de Paris, le CBD est vendu entre 40 et 100 euros la fiole suivant le dosage. Et les clients affluent.

"Un joint mais en moins fort"

Ce sexagénaire est venu faire un cadeau de Noël pour un ami fumeur de joints: "Comme c’est un ami j’ai envie qu’il arrête, je me suis dit que l’on allait essayer ça ensemble et que ce serait un plus pour qu’il puisse réduire sa consommation".

Le responsable du magasin a testé lui-même ce dérivé du cannabis avant de le vendre: "On va se rapprocher d’un joint, mais en moins fort. Tous les jours on m’en demande, des jeunes comme des plus âgés, de tous milieu social".

250.000 consommateurs outre-Manche

Le CBD bénéficie pour l'instant d'un flou juridique, regrette l'addictologue Jean-Pierre Couteron, qui s'oppose pour l’instant à son interdiction, car les recherches des scientifiques sont prometteuses.

"Les scientifiques ont découvert un certain nombres d’effets relaxant, antidouleur, de régulation des émotions, d’effets même antipsychotique. Je mets tout ça entre guillemets car nous n’en sommes qu’au début", explique-t-il.

En Grande-Bretagne, 250 000 personnes en consommeraient légalement, selon les fabricants. C'est deux fois plus qu'il y a un an. 

Victor Joanin et Claire Andrieux (avec G.D.)