RMC

Deux généralistes à la retraite: à Courdimanche, les habitants bientôt sans médecin

Courdimanche (Val-d'Oise), son bourg paisible et ses deux médecins généralistes... Mais plus pour longtemps. Dans quelques mois à peine, tous deux seront partis à la retraite. La mairie fait tout pour réussir à attirer de nouveaux médecins, mais aimerait de l'aide de l'Etat.

D'ici quelques mois, les 7.000 habitants de la commune de Courdimanche, dans le Val-d’Oise, risquent de ne plus avoir de médecins généralistes avec le départ en retraite des deux médecins présents. Un départ qui doit s’effectuer dans quelques mois à peine, laissant des patients désoeuvrés.

“Je ne savais pas que ces deux médecins allaient partir. Et donc qui va venir après? Je suis très inquiète. J’ai fait la liste des médecins et puis je téléphone pour savoir, mais bon, les médecins ne prennent plus de nouveaux patients. Si un jour j’ai quelque chose de très grave, j’irai à l’hôpital, mais si j’ai une grippe, je ne sais pas du tout. C’est une catastrophe”, estiment deux habitantes.

Élodie, une autre habitante, n'a pas pu être suivie par ses deux médecins déjà surchargés. Alors pas le choix. “J’ai trouvé un médecin, mais qui est à une demi-heure de chez moi. J’ai essayé chez une dizaine de médecins et ils m’ont répondu que non, ils ne prenaient pas de nouveaux patients”, pointe-t-elle.

6.000 généralistes manquant dans les campagnes

Alors, la mairie tente d'attirer comme elle peut un potentiel futur médecin à Courdimanche, comme l’explique Pascal Craffk, premier adjoint au maire.

“Nous sommes entrés en contact avec un médecin qui est actuellement sur un autre département. On lui a même, pour faciliter sa venue, proposé de mettre à sa disposition un logement”, détaille-t-il.

Mais les mairies n'ont pas à combler les carences de l'Etat, pointe le premier adjoint, qui attend des mises en place concrètes du conseil national de la refondation consacré à la santé qui s'ouvre ce lundi au Mans. D'après les maires ruraux de France, il manque plus de 6.000 généralistes dans les campagnes.

Océane Théard