RMC

Fabrication, lavage, remplacement: quelles sont les bonnes pratiques à adopter avec les masques en tissu?

Pour pouvoir emprunter les transports en commun à partir du 11 mai, le Premier ministre a bien précisé dimanche que chacun devra porter un masque. Selon le gouvernement, les masques en tissus constituent une bonne alternative pour le grand public.

De plus en plus de villes promettent de distribuer rapidement à tous leurs habitants des masques en tissu. Le ministre de la santé Olivier Véran a d'ailleurs annoncé dimanche que le port de masque serait sans doute bientôt obligatoire dans certaines situations notamment dans les transports en commun.

Mais comment être sûr que ces masques dits "alternatifs" sont réellement protecteurs ?

En effet, les seuls masques qui protègent réellement ce sont les masques FFP2 auxquels on n’a plus accès puisqu’ils sont réservés au personnel soignant. C’est aussi très compliqué d’avoir accès à des masques chirurgicaux donc on se rabat sur ces masques alternatifs qui auraient quand même une certaine efficacité, selon de nombreux médecins même si ça fait encore débat au sein de la communauté scientifique.

Ils sont surtout utiles pour éviter la projection des gouttelettes si on est contaminés, et donc si tout le monde se met à en porter ça pourrait ralentir la propagation du virus. C'est ce que pense par exemple l’Académie nationale de médecine.

Alors comment fabriquer ou comment se procurer un masque alternatif?

Il faut que votre masque ait été fabriqué selon les normes de l’AFNOR l’association française de normalisation. Un masque doit être à la fois respirable et filtrant c’est-à-dire que vous ne devez pas étouffer sinon vous ne tiendrez pas longtemps.

L’AFNOR recommande qu’il soit constitué de deux couches minimum voire trois couches. Pour le tissu, il faut du coton, par exemple de 150 grammes par mètre carré. Le mieux c’est que le masque soit lavable en machine évidemment.

Continuer à respecter les gestes barrières

Mais le plus important ce sont les gestes à connaître pour l’utilisation du masque. Le professeur Jean François Delfraissy, le président du conseil scientifique sur le covid-19, l’a dit dimanche: 

“Les Français vont devoir apprendre à bien porter un masque, qui doit recouvrir le nez la bouche et le menton”. Il ne faut jamais toucher l’extérieur du masque. Ne jamais le porter autour du cou.

Évidemment aussi on se lave les mains avant de mettre le masque, avant de le retirer et après l’avoir retiré. Il faudra aussi sans doute plusieurs masques par personne car dans l’idéal, il faudrait en changer toutes les 4 heures. Si c'est un masque en papier, il faut le jeter. Sinon, il faut le nettoyer.

On passe le masque à la machine 30 minutes à 60 degrés. Et on peut également les passer au fer à repasser histoire de tuer les derniers résidus de virus, s'il y en a. 

Enfin, ce n’est pas parce qu’on porte un masque qu’on peut se passer des gestes barrières. Il faudra continuer de se laver les mains régulièrement et rester à distance les uns des autres.

Dans certains pays d’Europe le port du masque est déjà obligatoire. C’est le cas par exemple en République Tchèque, en Slovaquie, en Ukraine. En Italie et en Autriche où il est obligatoire de porter un masque dans les supermarchés.

Marie Dupin